Martigny sous le sceau de l’Art Brut

©Site agité, 1973, peinture sur résine stratifiée/
Collection Centre Pompidou, Paris/DR

Après avoir accueilli les œuvres de  Gustave Caillebotte, la Fondation Pierre Gianadda plonge dans l’univers rayonnant et non conventionnel de Jean Dubuffet. 

©Le nom de Jean Dubuffet (1901-1985) est indissociable du mouvement de l’Art Brut dont il est le fondateur. C’est à lui que la Fondation Pierre Gianadda consacre sa nouvelle exposition en accrochant une sélection de ses œuvres majeures provenant notamment des collections du Musée national d’art moderne — Centre Pompidou de Paris. 

L’univers de ce farouche combattant de l’élitisme intellectuel et artistique est inclassable. Il a tout exploré, naviguant entre le réel et l’imaginaire, expérimentant les techniques et les matières et brandissant le non-savoir en étendard. 

La riche rétrospective que pourront découvrir les visiteurs suivra un parcours chronologique leur permettant de cheminer à travers les multiples facettes du talent et les grandes séries de Jean Dubuffet. Certaines de ses créations parmi les plus connues — comme Dhôtel nuancé d’abricot, La Gigue irlandaise, trois éléments du Coucou Bazar ou Le cours des choses de la série Les Mires — seront elles aussi présentes à ce rendez-vous de l’audace et de l’inventivité. 

Cette exposition-hommage à cet artiste majeur du 20e siècle fourmille de surprises qui ne devraient pas plaire uniquement aux adultes. Il faut dire que Dubuffet, qui n’aimait ni les musées, ni la tradition académique, ni les peintres ou sculpteurs professionnels, voulait dessiner comme les enfants en s’affranchissant de tous les codes. Campant partout où sont accrochées ses œuvres, une atmosphère hallucinante de liberté et de joyeux délire, à des années-lumière des sentiers battus...
Martine Bernier

Du 3 décembre au 12 juin 2022, à la Fondation Pierre Gianadda, à Martigny. Tous les jours de 10 à 19 heures.

 

 

A lire aussiAllez admirer « La Joconde » des musées romands !

 

Martine Bernier

Dhôtel nuancé d’abricot

1947, huile sur toile, 116 x 89 cm. 


©Collection Centre Pompidou, Paris/DR

 

 

La Gigue irlandaise, 18-19 septembre 1961

huile sur toile, 113,5 x 145,5 cm. 


©Collection Centre Pompidou, Paris/DR

 

 

 

Le voyageur sans boussole

1952. Huile sur Isorel, 118,5 x 155 cm. 


©Collection Centre Pompidou, Paris/DR

 

Campagne heureuse, août 1944

huile sur toile 130,5 x 89 cm. 


©Collection Centre Pompidou, Paris/DR

 

 

 

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter