Et si on cuisinait à la vapeur douce?

Couteaux vapeur, sauce vierge coriandre – grenade©DR Cyril ZEKSER / Albin Michel

Voilà un mode de cuisson à la fois rapide, sain et gourmand. Que demander de plus? Les explications du chef Stéphane Gabrielly pour se lancer dans cette nouvelle expérience. 

La cuisson à la vapeur, tout le monde connaît, mais peu nombreux sont ceux que l’on atteint ainsi des températures dépassant largement les 110 degrés. Il y a donc mieux, moins agressif, selon le chef Stéphane Gabrielly, un homme d’expérience qui a œuvré dans le monde entier avant de devenir chef formateur à l’Institut Paul Bocuse à Lyon. Pour lui, la cuisson à la vapeur douce présente de multiples avantages. C’est sain, presque pas de matières grasses, peu de sel, «les sels minéraux étant préservés» et le goût des aliments est sublimé, assure-t-il. 

Bref, cela fait des années que le bonhomme ne pratique plus que de cette manière. Et cette expérience, il a tenu à la partager dans un livre aux recettes susceptibles de nous faire saliver à chaque page ou presque. Didactique, il explique même comment s’équiper (un seul étage de cuisson, tamis avec des trous suffisament gros, etc.) et comment se lancer avec des recettes d’abord simples avant de passer au menu végétarien, omnivore et bistronomique. Couscous végétarien au sarrasin, cabillaud aux légumes sauce curry vert, boudin à la purée de pommes, foie gras de canard ou encore clafoutis aux cerises, tout, vous pouvez tout faire à la vapeur douce.

 

J.-M.R.

Plats gourmands, vapeur douce, 120 recettes simples et bluffantes, Editions Albin Michel.  

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter