Et bien chantez maintenant !

C’est reparti pour une saison et cela va, une fois de plus, cartonner. Dans les chaumières, on va s’enthousiasmer, s’engueuler et chanter en même temps que les candidats de The Voice. C’est une réalité, le télécrochet de TF1 passionne aussi bien les jeunes que la fameuse ménagère de plus de 50 ans. Le secret de cette réussite ? Des candidats ma foi de valeur qui chantent parfois mieux que les quatre profs du jury. Les profs, tiens, parlons-en : ils devraient être au service des postulants à la gloire, mais ce sont bien eux qui tiennent le devant de la scène. Au fil des émissions, on les aime ou on les déteste, ils se chamaillent pour faire le buzz et rivalisent de démagogie pour attirer les sélectionnés dans leur équipe. Evidemment, pour que cela fonctionne, il faut trouver le bon équilibre entre les personnalités, les styles musicaux et les caractères. Aux côtés du rappeur marseillais Soprano, de la pâle Jenifer et de l’exubérant Mika, la production a réussi à attirer, cette année, Julien Clerc. Que vient faire dans cette pétaudière un chanteur qui a cinquante ans de carrière et qui possède un répertoire comprenant quelques classiques comme La cavalerie, Ma préférence ou Femmes, je vous aime ? Les mauvaises langues diront qu’il a des impôts à payer, mais on doute que ce soit là sa réelle motivation. Alors quoi ? La peur de disparaître des écrans, d’être oublié ? On ne saura jamais. Lui assure être là pour « la musique qui est l’histoire de ma vie … Je veux être dans la transmission et l’empathie. » Crédible ? A vous de juger.         

 

J.-M.R.


Infos
The Voice, TF1, le samedi à 21 heures.

 

 

0 Commentaire

Pour commenter