Mon animal et moi: « Spyke chante toute la journée » | generations-plus.ch

Mon animal et moi: « Spyke chante toute la journée »

Spyke et Cayenne, deux caractères très différents. photos © Yves Leresche

A Prez-vers-Noréaz (FR), Josiane Stoll, 57 ans, partage sa vie avec les huskies Cayenne et Spyke, 5 ans et 8 ans, des chiens qui lui apportent joie et câlins.  

 

ui sont-ils? 

« J’ai été courtepointière, vendeuse de rideaux, tenancière de restaurant, et, depuis quelques semaines, je m’occupe de pompes funèbres pour animaux. Cette idée de reconversion a germé quand Spyke, mon mâle sibérien croisé malamute, a été malade durant trois semaines. Il y a encore Cayenne, une femelle de race sibérienne. Ces deux-là étaient destinés à se retrouver dans une meute de chiens de traîneau, mais n’ont jamais apprécié cette discipline ! Spyke est un peu un bulldozer, un éléphant dans un magasin de porcelaine, alors que Cayenne est nettement plus fine, au propre comme au figuré. »

 

Leur dialogue 

« Je leur parle beaucoup. Spyke est d’ailleurs aussi un grand bavard. Il « chante » toute la journée. Etant veuve depuis 2012, mes chiens m’apportent chaque jour leur tendresse, leur présence, et je sais pour qui je dois me lever chaque matin. Ils m’obligent également à sortir, quel que soit le temps. Lors de nos balades, ils me permettent d’entrer en contact avec les autres promeneurs. »

 

Leur rencontre

« C’est une longue histoire, dans la mesure où c’est un jeune du village résidant temporairement chez moi qui a pris Cayenne. Mais, comme il ne s’en occupait pas, j’ai dû la ramener chez l’éleveur. Elle a alors été placée chez une personne qui la maltraitait, avant de revenir au point de départ. Dès que j’ai arrêté mon activité de restauratrice, en raison de gros problèmes de hanches, je l’ai reprise. C’était en février 2015. Etant donné qu’elle avait été traumatisée par son propriétaire précédent, on m’a conseillé de prendre un deuxième chien, en l’occurrence Spyke. Il nous a rejointes en octobre de la même année, après être passé entre les mains de quatre autres propriétaires, dont un premier en Allemagne. »

 

Leur caractère 

« Ils sont très différents l’un de l’autre. Spyke, le dominant, est très extraverti, il aime tout contrôler, il est toujours content, un peu pataud, et n’apprécie pas d’être brossé. Côté nourriture, c’est une vraie poubelle sur pattes ! Cayenne, elle, est craintive et discrète. A la maison, c’est une suiveuse, à l’extérieur la meneuse, car elle possède, curieusement, un fort instinct de chasse. Tous les deux sont très sociables, pas querelleurs pour deux sous, grands amateurs de câlins, et ont peur des orages. » 

 

Leur territoire

« Spyke dort au rez-de-chaussée. Il a un fauteuil dans la véranda qu’il adore par-dessus tout. Cayenne, quant à elle, passe la nuit sous une table située dans ma chambre. Ils apprécient en outre beaucoup notre petit jardin, grillagé jusqu’à une hauteur de 1 mètre 60, car Cayenne saute des obstacles de 1 mètre 40. Quand je ne suis pas à la maison, ils se transforment en véritables loups. Ma voisine, qui devait, un jour, passer chez moi durant mon absence, n’a pas osé entrer ! »

Frédéric Rein


Vous souhaitez aussi nous parler de votre animal de compagnie?

Contactez-nous par écrit à contact@generations-plus.ch, ou générations, rue des Fontenailles 16, 1007 Lausanne.

0 Commentaire

Pour commenter