Les personnalités romandes qui craquent pour leur chien!

Un océan de tendresse, tant de bons moments partagés et une amitié indéfectible. Cinq personnalités romandes racontent le lien particulier qui les unit à leur (s) compagnon (s) à quatre pattes.

«J’adore sa présence»

Laurent Deshusses, comédien, avec Ludwig, Welsh Corgi, Pembroke, mâle (4 ans)

Ludwig, le corgi du comédien Laurent Deshusses, est une star : « Il a fait le Cirque Knie avec moi en 2012. Mon fils est tombé amoureux de cette race au physique improbable — on dirait un dessin d’enfant raté d’un chien ». Mais rien ne prédestinait Ludwig à vivre au bout du Léman : « Une dame vivant en Sibérie, l’avait acheté, mais n’est pas venue le chercher. Je m’en occupe plus que mon fils, c’est devenu mon compagnon. Ce qui me fait craquer, c’est qu’il m’observe, me suit, tout le temps partout, dans la douche, ma chambre ... Notre lien est indéfectible. J’adore sa présence. »

«C’est elle qui me promène»

Adèle Thorens Goumaz, Conseillère nationale verte (VD), avec Xindy, Lagotto romagnolo, femelle (9 ans)

Adèle Thorens l’appelle affectueusement Xi. Il y a sept ans, l’accueil provisoire de la chienne — « pour dépanner des amis » — s’est mué en adoption. « On s’y est vite attachés avec mon mari. Je ne connaissais pas le lagotto, mais elle m’a complètement fait craquer, car elle nous a adoptés avant qu’on ne l’adopte. J’ai grandi à la campagne, entourée d’animaux. Comme écologiste, j’ai besoin de ce contact très enrichissant. Nous faisons partie d’un tout et ne pouvons pas fonctionner comme si nous étions les seuls êtres vivants sur cette planète ! Xi me donne un accès direct à la nature, c’est si précieux ! J’aime marcher, et c’est elle qui me promène, par tous les temps… »

«Je ne pensais pas m’attacher autant»

Marie-Thérèse Chappaz, vigneronne avec Marlaguette,, Berger belge Groenendael, femelle (3 ans)

« Après le décès de ma vieille chienne de 18 ans, si douloureux, je n’en voulais plus », raconte Marie-Thérèse Chappaz. Son ami la convaincra pourtant d’adopter un chiot Groenendael d’une portée de chiens de sa sœur. « Je l’ai appelée Marlaguette, du nom d’une héroïne de BD pour enfant avec un loup. Marla a le même regard coquin que lui. Elle m’oblige à oublier ma fatigue ou une mauvaise humeur, car je n’ai pas le droit de lui imposer ça. J’adore me promener au bord du Rhône avec elle. Elle est si drôle et maligne ! Et elle aime les gens. Voir son immense plaisir, à chaque fois renouvelé, de partir en balade, de jouer ou les grands moments de câlins quand je la brosse, cela me touche énormément. Je ne pensais pas m’attacher autant à cette belle chienne. »

«Ce sont mes copines»

Mady Rudaz et Alain Morisod, chanteurs, avec Eureka, Labrador retriever, femelle (11 ans) et Carra, chienne bâtarde (5 ans)

Pour Mady Rudaz, la compagne et la chanteuse phare d’Alain Morisod, être avec ses chiens, c’est « vital. J’ai besoin de les papouiller, de mettre mon nez dans leurs poils, de jouer et de rigoler avec elles. Ce sont mes copines ! » Le couple adopte des chiens défavorisés pour leur offrir une belle fin de vie. Eureka n’a ainsi pas pu devenir chien pour handicapés à cause d’un problème aux yeux. « J’aime son côté calme, nounours », note Mady. C’est l’opposé de Carra, « survivante » de Roumanie, sauvée par l’Oasis des vétérans, qui n’a plus qu’un œil et une oreille cassée : « Elle est si courageuse et pleine d’énergie ! J’ai craqué tout de suite quand je l’ai vue. Alain étant souvent absent, c’est moi qui prends soin des deux, mais il les aime tout autant. Sans enfants, une partie de l’amour que nous avons à donner va à nos chiens qui nous le rendent bien ! »

«Il a les clés de mon cerveau»

Vincent Kohler, humoriste avec Spot, Jack Russel, «croisé avec un autre animal», mâle (2 ans)

«  Avant Spot, je n’ai eu que des chats et... des acariens, raconte Vincent Kohler. J’ai craqué quand cette petite boule de poils a léché la frimousse de ma fille au chenil. » Car c’est pour sa fille, âgée de 8 ans aujourd’hui, qu’il a pris l’animal : « Prendre soin d’un être dépendant d’elle la responsabilise, c’est important pour sa future vie d’adulte. Même si je m’occupe le plus souvent de Spot, que je prends partout depuis tout petit. Il est d’une intelligence stupéfiante ! Très expressif, il sait obtenir tout ce qu’il veut : des câlins, des jeux ... Parfois, je lui tourne le dos, car j’ai l’impression qu’il lit mon âme en toute transparence. Il a les clés de mon cerveau. »

 

 

Textes: Ellen Weigand

Photos: Wollodja Jentsch et Alain Germond

0 Commentaire

Pour commenter