Vous reprendrez bien un cookie ?

© iStock

En visitant des sites internet, on vous demande régulièrement d’accepter ou de paramétrer vos cookies. Avis aux gourmands, ce ne sont pas des biscuits aux pépites de chocolat dont nous parlons ici, mais bien de cookies informatiques.

Qu’est-ce qu’un cookie ?

Inventé au début des années 1990, le cookie est un petit fichier texte automatiquement installé sur votre ordinateur à la demande du serveur du site sur lequel vous êtes en train de naviguer. Les cookies ne sont pas de mauvais fichiers porteurs de virus, la probabilité que ceux-ci soient porteurs de virus est minime. Mais ils analysent les traces que vous laissez sur le web.

 

À quoi ça sert ?

Le cookie sert à collecter des données sur les utilisateurs, comme nos pages préférées, la langue dans laquelle nous consultons un site, le temps que nous y passons. Il mémorise notre mot de passe, etc. Tels des cailloux semés par le Petit Poucet, les cookies collectent des informations au fil de nos pérégrinations sur internet.

 

Une Mine d'or

Ces données sont une mine d’or pour les développeurs des sites internet. Ils apprennent ainsi à connaître leurs internautes, leurs préférences et à adapter leur plateforme en fonction des habitudes de navigation de ces derniers.

 

Une aubaine pour les publicitaires

Pour les professionnels du marketing, les cookies constituent un fantastique moyen pour produire ce qu’on appelle des «publicités ciblées ».
Un exemple ? Il vous est sûrement déjà arrivé de convoiter une paire de chaussures sur un site marchand et de retrouver la pub pour cette même paire quelques minutes plus tard dans votre fil d’actualité Facebook. Et bien, il n’y a pas de hasard! Il ne s’agit pas d’un tour de magie, mais bien d’une publicité ciblée. Générée et diffusée de sorte que vous la voyez grâce à un cookie. Si ces pratiques vous incommodent, vous pouvez réduire les traces de votre passage sur la toile en vous rendant dans les paramètres de votre navigateur afin d’effacer les cookies et autres données. 

 

Karine Lamon

0 Commentaire

Pour commenter