Informatique: des cours toujours plus nombreux pour les seniors romands

© Shutterstock/Goodluz

Plusieurs acteurs romands, dont Swisscom, proposent aux aînés de se familiariser avec un univers informatique de plus en plus vaste.

Entre les vagues d’informations qui déferlent, les divers onglets qui s’affichent comme autant d’écueils possibles et le vent d’innovations (nouvelles applications, programmes …) qui y souffle, il n’est pas aisé de garder le cap lorsqu’on vogue sur les flots numériques ! Pour ne pas rester seuls sur les berges, toujours plus de seniors se lancent dans l’aventure virtuelle, comme en atteste une récente étude sur l’utilisation d’internet et des appareils mobiles chez les personnes de 65 ans et plus, mandatée par Pro Senectute et menée par l’Institut de gérontologie de l’Université de Zurich.

 

 

Depuis 2010, date de la première étude du genre, le nombre de connectés dans cette frange de la population a ainsi augmenté de 47 %. Le taux des personnes âgées de 65 à 69 ans qui utilisent internet est presque identique que celui du reste de la population, mais diminue progressivement chez les 70 ans et plus.

 

Autre constatation: les seniors «onliners» restent plus longtemps autonomes et intégrés. «L’accès au monde digital a pris une dimension sociale, confirme Christine Meziane, en charge des cours de base de la Swisscom Academy, qui propose des enseignements à plus de 15 000 personnes chaque année à travers la Suisse, dont la grande majorité est constituée de 55 ans et plus. Sans SMS, WhatsApp et internet, certains seniors se retrouvent un peu isolés de leurs proches qui, eux, communiquent surtout via ces plateformes. En outre, depuis le début de nos cours, en 2007, l’accès à l’information passe de plus en plus souvent par internet.»

 

Philippe Demierre, qui anime des ateliers à Cité Seniors, structure de la ville de Genève qui a décidé de mettre les nouvelles technologies en avant en 2016, abonde : « Par rapport à il y a 15 ans, quand nous avons lancé nos cours, beaucoup d’aînés se sentent désormais obligés de s’inscrire pour faire face à la pression de leur entourage ou de la société. Ils veulent rester dans le coup, mais on voit bien que, contrairement à avant, l’envie n’y est pas toujours. »

Plus de participantes

Les femmes semblent plus enclines à se jeter dans les eaux de ce grand bain virtuel. «Les hommes ont plus de difficultés à montrer qu’ils ne savent pas», estime Jean-Pierre Gentil, qui donne des cours sur PC depuis son domicile d’Echallens (VD), et remarque aussi que «certains participants sont déçus, car l’informatique n’est pas aussi simple qu’ils le pensaient.»

 

Toujours est-il que les demandes des seniors ont évolué. Si les cours de base — gérer une messagerie électronique, maîtriser Word, etc. — restent très courus, de nombreux autres apparaissent ... «Nos ateliers sont destinés à acquérir une certaine confiance dans l’outil informatique et ses services, sans négliger les éléments sécuritaires élémentaires, détaille Thierry Ga-gnebin, d’Avivo La Chaux-de-Fonds. L’année prochaine, notre programme s’enrichira d’un volet concernant les sons, la musique et les vidéos.»

 

Le secteur multimédia a le vent en poupe. «Nous avons une forte demande pour notre cours de gestion de photos (transfert de clichés vers un ordinateur, création d’un album ou organisation et traitement des images) ainsi que pour ceux liés aux réseaux sociaux, à l’instar de Facebook et de Twitter, et aux nouveaux supports que sont les tablettes et les smartphones», atteste Philippe Demierre de Cité Seniors. Mélanie Stadelmann, qui gère le secteur informatique pour Pro Senectute Arc jurassien, confirme : «Les cours sur tablettes, qui permettent d’utiliser internet assez rapidement, sont très demandés, surtout par les femmes.»

 

 

La Swisscom Academy surfe également sur cette tendance. L’été dernier, deux cours ont vu le jour : «Digital+communiquer», axé sur WhatsApp, Swisscom iO et une découverte des réseaux sociaux, et «Utiliser son smartphone à l’étranger», qui permet notamment d’éviter les frais de roaming. Mais sa dernière nouveauté, gratuite, est le «CFF Mobile Ticket», ou comment apprendre en deux heures à acheter un ticket de train avec son smartphone. Ce besoin a aussi été détecté par Pro Senectute, qui propose dans plusieurs cantons, le même enseignement. «Ce qui marche aussi très bien, ce sont les «Cyberthé», à La Chaux-de-Fonds et à Neuchâtel, lors desquels des jeunes aident et conseillent des seniors dans l’utilisation des nouvelles technologies, souligne Mélanie Stadelmann. A Delémont (JU) s’est aussi créé, il y a quelques années un club, le CAID, qui réunit 250 membres. Une matinée par semaine, 40 à 70 personnes se réunissent dans nos locaux pour échanger sur l’informatique. Des cours sont aussi donnés, le dernier-né étant consacré au téléchargement de musique.» Une musique d’avenir, bien évidemment!           

Frédéric Rein

Quelques informations pratiques

  • Swisscom. Le cours de deux heures est proposé à 50 fr., mais le tarif est dégressif avec la carte de fidélité, qui donne aussi accès à plusieurs cours gratuits www.swisscom.ch/coursdebase
  • Cité Seniors, ville de Genève. Les cours étant subventionnés, la matinée de trois heures revient à 20 fr. www.ville-geneve.ch/themes/social/seniors/cite-seniors/cours-ateliers
  • Pro Senectute. Chaque section cantonale a ses propres tarifs. Ceux de l’Arc Jurassien oscillent entre 180 à 350 fr., suivant leur nombre. www.prosenectute.ch/fr
  • Chez Jean-Pierre Gentil. Ces cours sur PC, donné à Echallens (VD), coûtent 270 fr. pour huit demi-journées, 100 fr. pour trois, et 40 fr. pour une seule, cafés et biscuits en prime ! www.gentil-informatique-seniors.ch 
  • AVIVO La Chaux-de Fonds. Ces cours sont réservés aux membres de l’Avivo, dont la cotisation annuelle s’élève à 15 fr. Leur prix a été fixé à 10 fr. (avec boisson) pour près de trois heures http://avivo-neju.ch/la-chaux-de-fonds.php

1 Commentaire

Pour commenter

C'est la raison pour laquelle nos "brunchs canadiens" d'entraide numérique, initialement pour les parents et leurs enfants, ont été étendus de 7 à 107 ans: Pour mettre ensemble juniors et seniors sur la découverte des outils numériques. Nous avons même organisé en Juin un Mapathon, de la construction de cartographie simplifiée pour nos ONG comme la Croix Rouge, Terre des hommes, MSF. Nous avons même reçu un colis cadeau pour le 10'000ème Mapathoner. Nos seniors ont pu apprendre à utiliser OpenStreetMap, la version "libre" de Google map. Voir plus de détails sur http://intergen.digital