Les seniors sont chouchoutés par les casinos

© Corinne Cuendet

Thés dansants, lotos, repas, lots ciblés sur les préférences des aînés : les établissements de jeu mettent le paquet pour soigner et ainsi attirer cette clientèle particulière en quête de récréation et de compagnie. Notre reportage.

Le soleil tape fort sur les quais de Montreux, en cette fin de matinée estivale. Le frisson, il se trouve dans le jeu, à l’intérieur du Casino Barrière: climatisation, lumières tamisées et rafraîchissements. Une atmosphère goûtée par la clientèle cible d’une journée de loto avec repas : les seniors. En leur facilitant l’accès aux salles de jeu, avec des entrées gratuites et des bons de jeux aux machines à sous, l’industrie du jeu mise sur des produits d’appel séduisant les 60 ans et plus. Avec les lotos, Casino Barrière ne s’y trompe pas, assumant pleinement son offre ciblée : buffets repas à volonté à tarifs préférentiels et autres lots de choix, tels que des croisières ou un camping-car tout neuf.

Ce jour-là, 75 participants se pressent autour des tables du restaurant L’Entracte, au cœur des machines à sous. Le casino affirme que cette formule est un succès, au point d’en organiser deux mercredis par mois. Le principe est simple : chaque participant reçoit un maximum de trois cartes à jouer distinctes, marquées de 15 numéros différents. Le jeu s’inspire de celui des lotos fribourgeois. Un crieur tire des numéros de 1 à 90 et le gagnant doit crier à haute voix lorsqu’il obtient une ligne complète de numéros.
Mais ce n’est pas tout : thés dansants, méga loto (jusqu’à 1000 participants), matchs aux cartes, Casino Barrière déroule tout au long de l’année le tapis rouge aux seniors. Ceux-là même que l’on retrouve à l’occasion des traditionnels lotos proposés par les sociétés locales dans toute la Suisse. Et c’est d’ailleurs à un pro des lotos que l’organisation de cette formule gagnante a été confiée : « J’en suis à mon 123e loto au Casino de Montreux, confie Robert Schick, directeur de la société Lotosik. Les gens viennent de toute la Suisse romande et les participants sont fidèles. J’observe des couples qui font deux à trois lotos par mois. »

 

Une clientèle prisée

Au Casino d’Evian, la clientèle senior n’est pas non plus en reste. Mais la direction préfère ne pas communiquer à ce sujet. Question d’image. Cet établissement dit ne pas vouloir cibler une population en particulier. Au Casino de Crans-Montana, les clients retraités sont également les bienvenus : « Ils constituent une bonne part de notre clientèle. On va jusqu’à organiser des tirages de loto plus tôt dans l’après-midi pour être plus en phase avec les seniors qui fréquentent notre établissement la journée. »
En Suisse, la situation n’est cependant pas encore comparable avec celle des Etats-Unis, par exemple, où des maisons de retraite organisent des sorties au casino ou des parties de Bingo. Si les lotos s’intègrent aujourd’hui dans la stratégie des établissements de jeu, le phénomène pourrait s’estomper à la longue : « Les jeunes sont de moins en moins attirés par les lotos qui, globalement, sont en perte de vitesse en Suisse, constate Robert Schick. La faute aux jeux en ligne et à la pléthore de divertissements. » En attendant, à Montreux, le phénomène d’attraction fonctionne à plein régime. Après le repas, somptueux, mais vite avalé, le restaurant est soudain vide. En attendant la deuxième séance loto du jour, le dessert consiste à tenter de décrocher le jackpot.

 


Une journée au frais avec des copains et des copines

 

« Retrouver des têtes connues »


« Passé trente ans que je fréquente les lotos, en particulier celui d’Attalens, chaque dimanche soir. Ici, c’est complètement différent. Il y a l’atmosphère climatisée, le restaurant et la possibilité de voir des gens de Montreux et des Valaisans. Je reconnais toujours des têtes et je retrouve à chaque fois des copains et des copines. J’aime jouer et j’en profite pour rendre quand même une petite visite aux machines. »

 

« Pour le plaisir de jouer »

« J’aime bien les jeux, c’est un plaisir qui a aussi à voir avec une part de stratégie. J’ai appris à l’âge de 20 ans et, à l’époque, je me rendais surtout à Evian. Le loto, c’est une occasion de passer une journée estivale au frais, avec un bon repas et des copains. Et, en plus, avec le loto, l’accès aux machines est gratuit. Aujourd’hui, c’est une bonne journée, je suis chanceux. »

 

« Prendre du bon temps »

« J’aime venir en famille. Aujourd’hui, j’accompagne ma maman. L’occasion de bien manger, de prendre du bon temps. Cela me vide la tête. Le loto m’amuse énormément, même si je ne suis pas une accro au jeu. Je tente quand même ma chance au casino avec les bons offerts. Je trouve sympa cette offre destinée aux gens de la région, et cela permet de faire des rencontres très sympathiques. »


Les seniors et le jeu excessif

« Une population discrète, pour laquelle les problèmes d’addiction sont souvent tabous … » Le programme cantonal fribourgeois Promotion de la santé et prévention a consacré un dossier sur la question du jeu excessif : « Bien que les différentes études ne trouvent pas un taux de personnes touchées plus élevé chez les seniors, certaines caractéristiques propres au 3e âge en font une population vulnérable. Tandis que l’isolement est le principal facteur de risque, le passage à la retraite et la perte du conjoint sont deux événements critiques de la vie pouvant précipiter une pratique de jeu excessif. » Autre risque : « A l’âge de la retraite, diverses rentrées d’argent peuvent venir gonfler temporairement une fortune préexistante et consolider la rente AVS, telles que le retrait d’une partie de la prévoyance professionnelle et de la prévoyance privée, un héritage ou encore la poursuite d’une activité lucrative à temps partiel. En conséquence, certaines de ces personnes ont la possibilité de jouer pendant un temps relativement long avant d’avoir épuisé leurs ressources et que commencent les problèmes d’argent. »

                 

 

Nicolas Verdan

0 Commentaire

Pour commenter