De l'art de devenir retraité

© iStock

Pro Senectute et la Banque Raiffeisen ont réalisé une brochure à l’intention des futurs rentiers. Le document détaille conseils et exemples concrets, afin de préparer judicieusement sa retraite.

Du jour au lendemain, on se retrouve à la retraite. Afin de passer le cap de la meilleure des manières, il faut se préparer à affronter l’échéance et à apprendre à devenir retraité. Conscients de cette réalité, Pro Senectute et la Banque Raiffeisen ont publié un mode d’emploi pour les futurs rentiers. C’est d’ailleurs davantage qu’une brochure d’information, il s’agit véritablement d’une incitation à anticiper, afin d’éviter déboires et malheurs qui accablent encore trop de retraités.
Mais pourquoi s’associer à un institut bancaire ? « Lors de consultations sociales auprès de Pro Senectute, nous constatons que les demandes de plus de 53 000 personnes concernent, en premier lieu, des conseils sur leur situation financière », indique Alain Huber, secrétaire romand et membre de la direction de Pro Senectute Suisse. Sans ignorer les aspects psycho-socio-affectifs, pour lesquels Pro Senectute propose d’autres programmes, l’idée était de se focaliser sur les conditions matérielles de la retraite et « de bénéficier de nos compétences respectives, précise encore Alain Huber. L’objectif commun de cette coopération : insister sur l’importance de se préparer au mieux pour vieillir autonomement. »

 

Des cas concrets

La brochure, claire et articulée, enrichie de cas concrets, énumère les questions à se poser, et, en fonction des réponses, les actions à entreprendre. « A partir de 50 ans, note le secrétaire romand, il est temps de faire un bilan des moyens disponibles, de considérer l’existence qu’on souhaite mener après la retraite, qu’elle soit anticipée ou ordinaire, et de se projeter dans l’avenir, avec son lot d’événements imprévisibles. »

Il y a alors deux grands sujets à examiner : la prévoyance sociale et le logement. La première détermine les revenus disponibles une fois retraité, en dehors d’une fortune éventuelle. Il est bon de vérifier les rentes probables de l’AVS et de la caisse de pension ou d’un éventuel 3e pilier. Quant au logement, il est utile de se demander si l’actuel sera toujours adapté à ses besoins, en cas de problèmes de santé notamment. Et si on aura toujours les moyens de couvrir ses coûts. Sans oublier d’envisager de déménager, si nécessaire. En même temps, la brochure suggère d’établir un budget réaliste et très détaillé susceptible de couvrir les charges attendues. Pour bien faire les choses, Raiffeisen propose un calculateur de budget en ligne. Suivant le résultat, la banque offre ses services aux intéressés pour étudier les mesures à prendre : renflouer l’AVS, investir dans un 3e pilier, revoir le portefeuille d’assurances, etc.

Dans le but de faciliter la compréhension du contexte plus global dans lequel s’intègre chaque cas individuel, le document expose les bases du système de retraite helvétique avec toutes ses variantes. La plaquette compile également les grandes tendances et les chiffres du vieillissement en Suisse. On apprend que, en 2050, plus de 2,5 millions de personnes auront plus de 65 ans en Suisse, soit 50 % de plus qu’aujourd’hui. Ou que 30 % à 40 % des personnes verront leur revenu diminuer après leur départ à la retraite. « Voilà pourquoi, il vaut mieux prévoir que subir les conséquences désagréables d’un manque d’anticipation », conclut Alain Huber.

 

         

  Marco Danesi


Seniors et juniors, à table ensemble

Les seniors sont toujours de plus en plus nombreux à se rendre avec leurs petits-enfants dans des fast-foods. Moins souvent dans des restaurants. L’événement « Poivre et Sel » souhaite prendre le contre-pied. A l’occasion des 100 ans de Pro Senectute Vaud, GastroVaud propose ainsi aux restaurateurs membres de l’association de convier grands-parents et juniors à partager un repas, le samedi 1er juin 2019. Lancée en 2017, lors du 125e anniversaire de GastroVaud, la journée est relancée cette année. L’opération entend favoriser les liens entre les générations et soutenir les établissements où l’on mange « plus lentement » ainsi que d’autres mets. Des menus sans frites et sans nuggets composés d’un plat, d’un dessert et d’un sirop seront offerts à chaque enfant jusqu’à 12 ans accompagné d’un senior qui paie sa consommation.

 

La liste des restaurants participant sera mise en ligne au début de mai sur le site www.gastrovaud.ch

 


 

Bien préparer votre retraite, guide gratuit à commander à Pro Senectute Suisse, rue du Simplon 23,1800 Vevey, secretariat-romand@prosenectute.ch ou par téléphone au 021 925 70 10.
Plus amples informations sur www.prosenectute.ch/retraite et www.raiffeisen.ch/retraite

0 Commentaire

Pour commenter