Concours: Ils sont accros et ils gagnent !

 Quand la chance vous sourit ! Oui, ce couple valaisan a gagné tous ces objets et d'autres prix encore. Impressionnant.

© Corinne Cuendet

Pas une journée ne passe sans qu’ils remplissent un bulletin de participation, avec l’espoir de remporter un lot intéressant. Rencontre avec des joueurs.

Ils n’ont pas besoin de faire un saut en parachute pour ressentir une petite montée d’adrénaline. Le simple fait d’ouvrir leur boîte aux lettres — classique ou virtuelle — leur suffit ! Comme le soulignent de nombreux amateurs de jeux-concours, à chaque fois qu’ils relèvent leur courrier, leur cœur bat sensiblement plus vite. Car, au fond d’eux, ils ont l’indicible espoir d’avoir remporté le gros lot.
« Le passage du facteur me met toujours en joie, d’autant plus si j’ai remporté un prix », confirme Daniel, Fribourgeois de 83 ans, accro à ce genre de jeux. Pas un jour ne passe sans qu’il s’y prête ! Ce « serial participant » n’a toutefois pas le profil type de l’amateur de concours, d’après Olivier Morisetti, chef de produit à concours.ch, site internet qui compile en moyenne 40 concours par jour et abrite la plus vaste communauté romande : « Parmi nos 73 000 membres, nous comptons 70 % de femmes, pour beaucoup des mères au foyer âgées de 30 à 35 ans. »

 

Deux heures par jour

Cela dit, les plus de 50 ans ne sont pas non plus en reste, puisqu’ils représentent environ un quart des membres de cette plateforme gratuite, active depuis dix ans. Mais, à en croire une étude menée en France, seulement 5 % de l’ensemble de tous ces joueurs développerait une envie irrépressible de compléter quotidiennement un bulletin.
S’agit-il pour autant d’une pratique chronophage ? Si Daniel avoue y consacrer en moyenne près deux heures par jour, Valérie, Vaudoise de 49 ans, est moins assidue. « J’ai décidé de ne pas investir plus de dix minutes par jour, explique-t-elle. A l’heure du tout connecté, ce laps de temps me suffit amplement pour participer à plusieurs concours, car c’est fait en quelques clics. »

 

Une réussite presque insolente

Les concours doivent en effet relever du jeu d’enfant, sans quoi ils ne fonctionnent pas bien. « S’ils sont trop compliqués, ils découragent rapidement les participants, remarque Olivier Morisetti. Dans la vaste panoplie des concours, on trouve notamment ceux qui demandent de répondre à des questions (NDLR, concours.ch est le seul site de Suisse à donner les réponses à tous les concours qu’il publie) ou ceux qui nécessitent l’envoi de photos. Mais ce sont les traditionnels, où il suffit d’inscrire ses coordonnées, qui marchent le mieux.» Le plus souvent, les participants s’en remettent donc davantage au tirage au sort qu’au savoir ou à l’originalité d’un cliché.

Mais la vraie question, celle que tout le monde se pose, est de savoir si la chance est souvent au rendez-vous ...Tous nos témoins affichent une réussite presque insolente. Daniel évoque plusieurs voyages, comme ce séjour dans un luxueux château allemand ou cette semaine de vacances dans le Tessin, mais aussi des appareils ménagers, des bons d’achat et des bijoux, pour faire court. « Je gagne en moyenne un prix chaque deux semaines », souligne-t-il. Même impression de facilité chez Valérie, qui ne compte plus les billets de concert et les bons pour les restaurants. « J’ai aussi remporté un vol en hélicoptère et un voyage au Maroc », ajoute-t-elle.

 

Des opportunités supplémentaires

Au classement des lots les plus prisés, on trouve, évidemment, les voitures, les voyages de rêve et l’argent. Mais est-ce vraiment l’appât du gain qui les motive ? « Je participe avant tout par plaisir, pour occuper mon temps et faire des heureux autour de moi », répond Daniel. Le discours de Valérie est plus pragmatique : « Soyons honnêtes, c’est le prix mis en jeu qui guide mes choix, car, en soi, remplir des bulletins ou répondre à des questions, ce n’est pas ma grande passion. Je ne joue donc que si le lot pourrait me faire plaisir, intéresser l’un de mes proches ou représenter une façon de mettre du beurre dans mes épinards. » Une tendance que remarque de plus en plus Olivier Morisetti. « Je constate une augmentation constante du nombre de participants, résume-t-il. Pour beaucoup d’entre eux, il s’agit de personnes de la classe moyenne qui éprouvent toujours plus de difficultés à boucler leurs fins de mois. A une époque où le coût de la vie ne cesse d’augmenter, ils y voient l’opportunité de faire des activités qu’ils n’auraient pas forcément eu la possibilité de s’offrir. J’en veux pour preuve les 1000 francs en cash proposés par l’un de nos clients. Nous avons eu des milliers de participants. »

 

En Suisse, il y a des gains intéressants

Des Romands qui privilégient surtout les concours proposés dans leur propre pays. Les lots y sont-ils plus attractifs qu’à l’étranger ? « Oui, affirme Olivier Morisetti. Je n’ai jamais vu une montre à 8000 francs ou une voiture de luxe valant plus de 70 000 francs sur le marché français, par exemple. D’une part, les cadeaux à gagner s’alignent généralement sur le niveau de vie de chaque pays, d’autre part, les marques de luxe semblent particulièrement bien aimer communiquer en Suisse. » N’y a-t-il toutefois pas des prix qui ne correspondent pas à ce à quoi on pourrait s’attendre ? « Presque jamais, répond Daniel, du haut de sa dizaine d’années d’expérience dans les jeux-concours. Pour la petite histoire, j’ai une fois gagné un échantillon de parfum, que je pensais offrir à ma voisine qui faisait la collection des flacons, mais j’ai reçu une lingette imbibée de la flagrance en question ! » Du côté de Valérie, aucune désillusion à signaler. A noter encore que nos interlocuteurs n’échangent généralement pas avec leurs concurrents et néanmoins amis, et qu’ils n’ont pas d’astuces particulières dans leur quête du gros lot. Ils savent juste que 100 % des gagnants ont tenté leur chance !

 

Frédéric Rein

 

TÉMOIGNAGES

« Un robot ménager comme trophée »

Lilly Wiche 77 ans, Moutier (BE)

Son robot ménager trône dans sa cuisine comme un trophée ! Avec le voyage à Europa Park qu’elle a gagné et offert à son fils et à ses petits-enfants, ce sont certainement les deux plus beaux lots remportés par Lilly Wiche lors de jeux-concours. A quoi s’ajoutent de nombreux bons et des babioles en tout genre. « Je gagne un à deux prix par mois, commente celle qui s’adonne aussi aux mots croisés et aux puzzles sur internet. Je garde ceux dont j’ai l’utilité et je fais passer plus loin ceux qui ne me servent à rien. Au-delà du lot lui-même ou de sa valeur, c’est d’abord pour moi une façon de me divertir, un réel plaisir au quotidien. Et si, en plus, je peux me faire plaisir ou gâter mon entourage grâce à la nature du prix, que demander de mieux. » Elle avoue y consacrer près de deux heures par jour. « J’ai commencé il y a une dizaine d’années, quand j’ai eu mon ordinateur. Avant, je remplissais parfois des bulletins dans les magasins quand j’en avais l’occasion. Avec internet, c’est devenu facile et rapide de le faire. » Lilly Wiche est une vraie grand-mère 2.0 !

 

 

 

« Nous gagnons au moins un lot par semaine »

Chantal et Sébastien, 42 et 39 ans, Saint-Maurice (VS)

 

« J’ai contaminé tout mon entourage, de mon ami à mes collègues, en passant par mes voisins ou mon facteur », avoue Chantal, en rigolant. Et tous la remercient certainement de les avoir incités à participer à des jeux-concours. « J’ai entre autres gagné 10 000 francs en cash, et une console de jeu », détaille son compagnon. D’ailleurs, depuis quatre ans, le couple tient à jour un calepin dans lequel figurent leurs gains. Et une ligne s’y ajoute au moins chaque semaine ! Que trouve-t-on ? Un week-end en Provence, un autre sur le circuit de Spa, en Belgique, à tester des bolides, des appareils électroménagers, des meubles, de la viande, des invitations pour des sorties et des repas ou, encore, des bons divers et variés. La liste semble sans fin. Au point que les doublons sont offerts ou revendus. « Je joue entre 15 et 20 minutes par jour, mon ami un peu moins, confie cette assistante clientèle dans une grande entreprise de transport, qui se définit elle-même comme une accro aux jeux-concours. C’est une passion de longue date. J’ai commencé par organiser des concours pour mes camarades d’école, puis je me suis mise à remplir des cartes-concours, pour finir par passer, il y a environ quatre ans, aux concours sur internet via mon compte Facebook, ce qui me permet de les partager avec mes amis. Revers de la médaille : je reçois une trentaine de publicités par e-mail chaque jour, qui sont heureusement vite effacées. » Chantal ne joue en outre que lorsque c’est gratuit. « Pour moi, cela représente un vrai moment de détente, note-t-elle.

 

Et j’adore par-dessus tout cette petite montée d’adrénaline au moment d’ouvrir ma boîte aux lettres. C’est presque plus important que le gain. Cela dit, j’aime bien les gros lots et les cadeaux surprises. Comme nous sommes une famille recomposée avec quatre enfants, cela nous permet également de réaliser des activités que nous n’aurions pas forcément faites, comme une nuit dans un igloo ou, tout récemment, une soirée ciné en voiture. » Cela fait aussi cinq ans qu’elle n’a plus acheté sa vignette automobile, et elle a même un siège d’avion qui porte son nom et celui de la localité où elle réside ! Ont-ils des astuces ? « Pour les concours photos, nous faisons parfois participer nos enfants, afin d’attendrir le jury ! Cet été, nous avons ainsi gagné un écran télé durant la Coupe du monde de football. »

0 Commentaire

Pour commenter