Bénévole : solidaire et utile

L'organisation de sorties en randonnée: un engagement bénévole et apprécié
© DR & Picasa

Alain Langel accompagne, été comme hiver, les randonneurs, à pied ou à skis, sur les pentes valaisannes. Moniteur pour Pro Senectute Valais, il offre, sans compter, son temps et son expérience aux seniors friands de grand air.

La météo et les chutes de neige abondante ont eu raison de la sortie à peau de phoques programmée un jeudi de janvier dans le cadre des activités sportives de Pro Senectute Valais. Le reportage prévu n’aura pas lieu. Alain Langel aurait dû être de la partie à skis. A défaut, c’est dans un café de Monthey que le moniteur de Pro Senectute évoque d’autres randonnées dans les montagnes du Vieux-Pays. Le retraité de bientôt 68 ans raconte, dans la foulée pourquoi et comment, depuis cinq ans déjà, il s’est tourné vers le bénévolat.
Tout commence en 2012, année où il remet son commerce d’optique à Monthey. Pour Alain Langel, une page se tourne et la question se pose de savoir comment il va mettre à profit tout ce temps libre qui lui est imparti. Par hasard, il lit un article au sujet du volontariat : il constate que les hommes, surtout, après une longue vie active, peuvent ressentir « un grand vide » et, par leur présence plus assidue à la maison, être à l’origine de frictions avec son conjoint. Il prend alors conscience que le fait de devenir bénévole peut constituer une « voie navigable » pour éviter les écueils de la retraite. C’est une façon de continuer de se sentir utile, car « le bénévolat constitue un maillon essentiel de la solidarité, aujourd’hui plus que jamais ».

 

Multiples casquettes

Rapidement, celui qui a milité pendant vingt ans au sein de l’Association des commerçants de Monthey, rejoint Pro Senectute Valais dont il chapeaute les randonnées d’été pour la région de Monthey. Puis, il intègre l’équipe qui organise les courses à peau de phoque ; courses qui se déroulent depuis cette année exclusivement sur des chemins balisés dans les stations de ski. Ce qui n’empêche pas la bande de copains, réunis dans l’amicale « Podefocseniors » en dehors du cadre de Pro Senectute, d’arpenter à sa guise vallons et sommets, loin des remontées mécaniques.
En 2014, Alain Langel se met au service de « Tables du Rhône », qu’il a présidée jusqu’au printemps de 2018. L’association récolte les invendus alimentaires pour les distribuer aux plus démunis. Prolongeant cependant son engagement, il a accepté de prendre la tête du comité qui prépare le premier gala caritatif en faveur de l’organisation.
Alain Langel consacre une demi- journée par semaine aux activités bénévoles. A cela s’ajoutent, parfois, les reconnaissances des parcours, car « la sécurité est primordiale », tranche-t-il. En tout, seize sorties sont au programme pendant la belle saison et six ou sept au cours de l’hiver.

 

Saine autodiscipline

Grâce à Pro Senectute, avoue l’ancien opticien : « Je suis aujourd’hui en meilleure forme physique qu’auparavant. » Il souligne encore à quel point ces randonnées créent des liens sociaux forts et durables. Enfin, le fait d’assumer des responsabilités « m’oblige à une saine autodiscipline ». Exemplaire, le cas d’Alain Langel n’est pas exceptionnel en Valais. Il mentionne pour s’expliquer « une culture du bénévolat » encore très vive dans le canton. Mais cette culture doit être entretenue. D’autant plus que les besoins sont importants et que le bénévolat lui-même a évolué. Les intéressés s’engagent pour des périodes plus courtes. Et ils changent volontiers de domaine et de fonction davantage que par le passé, indique Emilie Teytaz. La responsable du secteur sport et formation à Pro Senectute Valais, souligne alors la nécessité de rendre attractives les offres, afin d’attirer des personnes motivées et riches en expériences. Il ne suffit pas de compter sur des annonces dans les médias, sur le bouche à oreille ou sur des participants qui voudront devenir moniteurs. Il faut des mesures incitatives. Dans le secteur des activités sportives, celles et ceux qui souhaitent devenir monitrices et moniteurs bénéficient notamment du programme Sport des adultes Suisse (ESA). Pro Senectute mise ainsi sur les formations dispensées aux futurs bénévoles et pas uniquement dans le sport. Vous avez du temps, vous désirez le mettre au profit des personnes âgées ? Prenez contact avec l’organisation Pro Senectute de votre canton (adresses ci-contre).

 

Marco Danesi

 

 

Collecte de fonds de Migros : MERCI pour votre générosité !

Grâce aux nombreuses plaques de chocolat Lutin Fin vendues aux caisses Migros pendant les fêtes de fin d’année, la somme impressionnante de 1,8 million de francs a été récoltée. Pro Senectute est l’une des cinq organisations à avoir reçu 360 000 francs. Avec cette somme, nous aidons les personnes âgées en situation de difficultés financières, comme pour Madame B. Pretsch qui a pu profiter de ce fonds d’aide pour financer un traitement dentaire. Atteinte d’une ostéoporose qui fragilise aussi sa dentition, elle n’aurait pas pu recevoir le traitement approprié sans ce soutien financier. « Bénéficier de ce soutien a été très important pour moi », nous dit-elle. Merci pour elle, merci pour toutes les personnes auxquelles nous pouvons venir en aide grâce à votre générosité !

 


Informations 

www.vs.prosenectute.ch/cours-formation/sports-exterieur-102.html

http:podefocseniors.e-monsite.com/

0 Commentaire

Pour commenter