Passage de l’AI à l’AVS: les personnes handicapées pénalisées

assurances AVS-AI argent economies retraite

Christian Carron chez lui. L'utilisation d'un fauteuil nécessite des aménagements architecturaux souvent importants. © Sandra Culand

La liste des moyens auxiliaires remboursés fond comme neige au soleil une fois qu’on atteint l’âge de la retraite. Le Valaisan Christian Carron, atteint de myopathie, témoigne de l’importance d’anticiper la transition d’une assurance à l’autre.

Après de chaleureuses salutations, Christian Carron nous convie à monter dans son appartement, qui se trouve juste au-dessus de la carrosserie devant laquelle nous l’avons rencontré. «Je l’ai cédée à l’un de mes trois fils», précise cet habitant de Fully (VS). Il nous ouvre le chemin en appuyant sur la marche avant de son fauteuil roulant. Pendant qu’il prend l’ascenseur extérieur, nous empruntons les escaliers qui conduisent à son palier. Autour de la table de la cuisine, il revient sur les causes de son handicap. «A l’âge de 32 ans, un de mes camarades d’armée, neurologue, m’a dit que je marchais bizarrement, explique cet homme jovial de 71 ans, plusieurs fois grand-père.

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous