Aide-toi, le Ciel t’aidera!

Un tableau inspiré de la fable de Jean de la Fontaine, le chartier embourbé. © DR

Mieux vaut prévenir que guérir. Et se rappeler que les premier et deuxième piliers ne couvriront pas forcément vos besoins à la retraite.

Il est bon parfois de se replonger dans ses lectures d’enfance, de relire fables et poèmes et d’y puiser une inspiration ou une indication qui parfois nous manque. La lecture de la fable de Jean de La Fontaine Le Chartier embourbé qui conclut par cette phrase «Aide-toi, le Ciel t’aidera» est un bon guide en matière de prévoyance.

On l’oublie trop souvent, le système suisse des trois piliers (AVS, prévoyance professionnelle et prévoyance libre) est un système de prévoyance individuel, même si dans ce cadre, on a mis en place des dispositions spéciales pour ses proches ou si, au moment de la retraite, selon son état civil, on pourra bénéficier par exemple d’une partie de la retraite de son conjoint.

Tout comme dans la fable de Jean de La Fontaine, ce que l’on n’a pas fait soi-même ne va pas se réaliser tout seul. En matière de prévoyance, comme dans de nombreux autres domaines, il est bon de se prendre en main, même lorsqu’une partie du système de prévoyance est obligatoire et que l’on pense avoir la vie devant soi.

Quelques principes:

  • Il n’est jamais trop tard pour s’occuper de sa prévoyance. Mais plus on s’y intéresse tôt, plus on peut la moduler.
  • Ce n’est pas parce que c’est obligatoire qu’il ne faut pas s’y intéresser. Tant l’AVS que la prévoyance professionnelle obéissent à des règles et à des principes différents, que ce soit au moment d’y cotiser ou au moment d’en bénéficier. Il est important de bien comprendre les mécanismes pour être certain de bénéficier de la bonne couverture retraite le moment venu. L’âge, le sexe et le statut professionnel, notamment, ont une influence sur la manière de cotiser ou la rente qui sera perçue. Relevons par ailleurs que le projet de la Confédération Prévoyance vieillesse 2020 aura également une grande influence sur le fonctionnement de ces deux piliers.
  • Chaque évènement majeur dans sa vie peut influencer sa prévoyance. Que ce soit le mariage, la naissance d’un enfant, l’entrée dans la vie active, la séparation, l’acquisition d’un logement: tous ces évènements peuvent influencer positivement ou négativement sa prévoyance. Il est important lors de la survenance de ceux-ci de refaire un point sur sa prévoyance.
  • Les 1er et 2e piliers couvrent une partie des besoins à la retraite, mais une partie seulement. Il est important de compléter ces deux piliers par une prévoyance individuelle. Le 3e pilier, qu’il soit lié (3A) ou libre (3B), offre des solutions pour compléter sa prévoyance. S’agissant d’investir aujourd’hui pour sa retraite, il est important de privilégier des instruments sûrs et des partenaires fiables. Plus l’âge de la retraite approche, moins il est conseillé de privilégier des produits qui comportent des risques, même si souvent ils promettent des rendements plus élevés.

En résumé, en matière de prévoyance, il faut d’abord compter sur soi avant toute chose. S’intéresser à sa prévoyance, comprendre son fonctionnement et faire un point de situation annuel pour adapter si nécessaire son financement est essentiel. L’appui d’un conseiller professionnel est parfois nécessaire et n’est pas à négliger.

Pierre Zumwald, Directeur général des Rentes Genevoises

(Paru dans l'édition de septembre 2014)

0 Commentaire

Pour commenter