Les humains manquent aux animaux du Zoo de Servion

©DR - « Malgré mon rôle de directeur, qui me laisse moins de temps sur le terrain, j’aime le contact avec les animaux, explique Roland Bulliard. C’est d’ailleurs ce que recherchent nos saïmiris en cette période où l’animation créée par les visiteurs leur manque. »

Si les animaux représentent une attraction pour les visiteurs du parc vaudois, la réciproque est également vraie. En selfies !

 

Les attroupements autour des enclos ont laissé leur place à un vide sidéral Avec le confinement, le Zoo de Servion (VD) ressemble presque à un site fantôme.

 

Comment ses pensionnaires vivent-ils ce huis-clos?

« L’ensemble de nos animaux est habitué à la présence soutenue de l’homme, répond Roland Bulliard, son directeur. Voir passer une poussette ou un enfant qui tire un jouet représente incontestablement une forme d’animation pour nos bêtes. »

 

Les interactions avec les humains sont particulièrement importantes pour les singes et les perroquets, pour qui des programmes d’occupation spécifiques ont été mis en place. « Nous avons tout de suite pris les choses en main pour les distraire, poursuit le directeur. S’agissant des singes, nous avons caché davantage leur nourriture qu’habituellement. Quant aux perroquets, dont beaucoup, nous avons décidé de leur installer d’autres perchoirs. »
   

De manière générale, on remarque que les animaux sont plus curieux qu’à l’accoutumée. « Dès qu’il se passe quelque chose, ils viennent regarder. » Les troncs de l’enclos des tigres ont aussi été changés, les branches des arbres dans celui des chèvres coupées.

 

Autant de petits divertissements qui viennent rompre le train-train quotidien. Dans un même temps, l’horaire des repas, généralement calqué sur la présence des visiteurs, a également été revu. « Pour briser la routine, nous avons aboli le nourrissage à heures précises », précise Roland Bulliard.

 

Frédéric Rein 

 

Le lynx, qui est d’habitude parfaitement camouflé dans son environnement, a fait une petite sortie. Le calme qui règne semble lui convenir, et il montre volontiers le bout de son nez à l’approche de Noah Corrado.

 

Sidonie, doyenne du zoo, aime le contact avec le soigneur Raphaël Schwartz, car il a un petit secret... Il a toujours une petite figue séchée pour cette femelle sanglier !

 

Le soigneur Alexandre Begon est allé trouver le fameux renne du Père Noël qui, après un mois de décembre bien chargé pour lui, profite de se reposer tranquillement à Servion.

 

Gratouille, le chat du zoo, est toujours à la recherche de sa dose de papouilles auprès des soigneurs qui ont pris le relais des quelques visiteurs réguliers qui arrivent à l’approcher. Aujourd’hui, c’est Alexandre Begon qui s’en charge.
 

Cette chèvre, née en décembre 2018 par césarienne, a dû être nourrie au biberon. Elle prend donc Alexandre Begon et ses collègues soigneurs pour maman. Sans visiteurs, son bêlement se fait tout particulièrement entendre, car elle semble manquer de caresses.

 

Le couple de tigres de Sibérie a été réveillé en pleine sieste par Noah Corrado, apprenti de première année qui, malgré l’absence de visiteurs, continue évidemment à nettoyer et entretenir les enclos. Oural, le mâle, ne semble pas apprécier...

 

Le porc-épic profite des genoux de Noah Corrado, apprenti de première année, pendant les pauses de midi ensoleillées et très calmes de cette période de quarantaine.

 

Visiter le site internet du Zoo de Servion pour pour d'informations sur le parc zoologique suisse.

 

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter