Green Urbex : quand la nature reprend ses droits sur des lieux abandonnés

Un parc d'attractions japonais abandonné, envahi par la végétation en 2017. 
©Green Urbex, Romain Veillon - Albin Michel/DR

Préfacé par l'écrivain Sylvain Tesson, un superbe livre de photos expose la revanche de la nature reprennant possession d'endroits abandonnés par les humains. Une victoire du végétal illustrée avec brio.

Alors qu'on s'interroge sur le futur de la Terre, victime chaque jour des activités humaines, le photographe Romain Veillon a sillonné le monde à la recherche de bâtiments reconquis par la nature au fil des ans. Il en résulte des images parfois dignes d'un film post-apocalyptique. De là à se dire que notre planète pourrait ressembler à cette vision dans le futur...

A ce rythme, « Quelques-uns de nous doutent que l'humanité soit encore là pour assister à l'an 2500 », écrit Sylvain Tesson. Propos pessimistes ? Peut-être. Mais l'écrivain de nous rappeler aussi « l'accroissement du « gyre » de plastique, cette île de déchets flottants dans l'océan mondial ». L'homme comprendra-t-il enfin qu'il faut agir - et vite - pour sauver la planète ? On l'espère. En attendant, on vous encourage  à regarder ces superbes photos, pleines de poésie, qui montrent que « la volonté de vivre du règne végétal est plus forte que la force de l'homme. »       

 

Réd.

Sur cette grande photo datant de 2015, une chapelle abandonnée en Occitanie, France.

 

 

Ce qu'il reste de la poste d'un endroit maudit, à savoir Tchernobyl en Ukraine (2019).

 

 

En Namibie (2013), le sable a pris le relais du végétal.

 

 

L'homme prend-il la planète pour une poubelle? C'est la question qui se pose en voyant cet avion de ligne abandonné à Bali (2016). 

 

 

Les restes d'un atelier en Normandie (2018).


 

 

 

 

Green Urbexparu aux éditions Albin Michel

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter