Faut-il taxer plus les achats faits à l’étranger ?

©Istock

Le sénateur zurichois PLR Ruedi Noser propose de diviser par six la limite de 300 francs à partir de laquelle on doit payer la TVA lorsqu’on fait son shopping hors de nos frontières, soit à partir de 50 francs.  


Simone de Montmollin, conseillère nationale genevoise PLR. 

 

A l’heure où le pouvoir d’achat baisse, est-ce pertinent de vouloir faire payer la TVA à partir de 50 francs sur les achats faits à l’étranger ? 

L’augmentation massive des achats transfrontaliers (10 milliards de francs par an) pénalise nos commerces, notre agriculture et notre environnement. La proposition veut différencier les achats récurrents de ceux occasionnels, liés à un séjour à l’étranger. Abaisser la franchise à 50 francs pour les achats journaliers vise à lutter contre ce phénomène.

 

Cette proposition a-t-elle des chances de se concrétiser ?

Le Parlement vient d’approuver plusieurs propositions visant à supprimer ou à abaisser la franchise. Le Conseil fédéral doit maintenant les mettre en œuvre. Il pourrait s’inspirer de cette proposition de franchise à 50 francs pour les achats journaliers.

 

Sa mise en pratique ne serait-elle pas compliquée ?

Des ressources substantielles ont été accordées pour digitaliser les procédures douanières. L’application QuickZoll permet de dédouaner soi-même tous les achats effectués à l’étranger directement sur son téléphone mobile. L’adaptation des critères n’est donc plus un problème.

 

Certains évoquent pourtant les touristes d’achat comme des «héros du libre marché »…

Je défends le principe du «J’y vis, j’y consomme ». Aujourd’hui, les vrais héros sont ces familles paysannes, ces entrepreneurs et ces commerçants qui investissent dans leur entreprise, s’engagent pour des emplois et un avenir en Suisse. La crise pandémique a rappelé l’importance de l’approvisionnement indigène.

 

Auriez-vous une autre idée pour freiner le tourisme d’achat ? 

Lutter contre l’îlot de cherté est une priorité qui nécessite un ensemble de mesures. Mais une prise de conscience du consommateur doit aussi être favorisée pour viser des achats responsables. L’adaptation différenciée de la franchise en fait partie.

 

 

 

A lire aussiLeur talent, c’est leur engagement !

 

 

 


Reiner Eichenberger, chercheur et enseignant en théorie de la politique financière et économique à l’Université de Fribourg.

 

 

Faire payer la TVA à partir de 50 francs (au lieu de 300 francs) sur les achats réalisés à l’étranger, est-ce sensé ? 

C’est une très mauvaise idée. Cela créerait une grande charge de travail et des embouteillages aux douanes, sans compter que cela nuirait à l’économie nationale.

 

Cela ne lui sera pas plutôt favorable ?

Les touristes d’achat sont des «héros du libre marché ». En important des articles du commerce de détail qui coûtent moins cher à l’étranger, on économise à la fois de l’argent et des ressources. Le tourisme d’achat exerce en outre une pression concurrentielle sur le commerce de détail dans l’îlot de cherté qu’est la Suisse et contribue à faire baisser les prix en Suisse !

 

Economiquement, ce n’est donc pas dangereux pour un pays comme le nôtre d’encourager le tourisme d’achat ? 

En aucun cas. L’entraver serait plus dommageable. Comme le Gouvernement helvétique justifie la libre circulation des personnes par la pénurie de main-d’œuvre en Suisse, le tourisme d’achat pourrait représenter un levier afin de redimensionner le commerce de détail suisse, ce qui permettrait aux travailleurs d’être redirigés vers des secteurs où ils font cruellement défaut. 

 

Si vous deviez limiter le tourisme d’achat, comment feriez-vous ?

La TVA sur les denrées alimentaires est pratiquement insignifiante, puisque seul le taux réduit de 2,5 % s’applique. L’idéal serait que les touristes qui font du shopping à l’étranger puissent simplement la payer par internet, mais, pour la nourriture, à un taux réduit par rapport à celui standard de 7,7 % que l’on trouve sur l’application informatique de la Confédération.

 Frédéric Rein

 

0 Commentaire

Pour commenter