Armée suisse: des étrangers sous les drapeaux ?

©Istock

Sur son blog personnel, le chef de l’armée Thomas Süssli s’est interrogé, tout récemment, sur la nécessité d’avoir un passeport suisse pour servir la patrie. Le débat s’élargit à la mission de l’armée de milice.

 

Une armée suisse ouverte aux étrangers, une bonne ou une mauvaise idée ? 

Une proposition surprenante venant du chef de l’armée, qui reconnaît implicitement, comme nous le disons de longue date, que les dangers actuels et pour longtemps… qui menacent la Suisse ne sont pas ceux d’une guerre traditionnelle contre un de nos voisins, par exemple, mais plutôt le terrorisme, les menaces cyber et pour nos infrastructures critiques et pour les menaces climatiques comme des inondations, des incendies ou des éboulements. Donc, sur cette base, permettre à l’ensemble des bonnes volontés de contribuer à la défense du pays et de sa population est logique. D’ailleurs, des personnes étrangères peuvent déjà, aujourd’hui, servir dans la police en Suisse. Mais le chef de l’armée devrait pousser sa réflexion un peu plus loin et reconnaître que, acheter aujourd’hui des lance-mines, des chars d’assaut et des avions de combat dernier cri n’a aucun sens, car cet armement est destiné à une guerre traditionnelle contre un envahisseur potentiel… ce qui paraît clairement un scénario du passé. 

Pourrait-on dire que le fait de porter l’uniforme de l’armée suisse serait un accélérateur d’intégration ? 

Pas le fait de porter l’uniforme, mais de s’engager pour le bien commun et être prêt à payer de sa personne. Un beau symbole d’intégration.

Certains disent que cette proposition de Thomas Süssli serait la preuve que notre armée peine à recruter et qu’il faut donc revoir le système. 

C’est une interprétation. Pour moi, la priorité est de réduire le nombre de militaires en fonction des menaces réelles qui se présentent à notre pays. Par exemple, 60 000 militaires, avec une réserve de 30 000 (des personnes qui auraient effectué six cours de répétition et qui resteraient à disposition jusqu’à 32 ans selon besoin). Et de renforcer les contingents de la police et des gardes-frontière, qui sont, en première ligne, face aux risques d’aujourd’hui.

 

 

Une armée suisse ouverte aux étrangers, une bonne ou une mauvaise idée ?

Une très mauvaise idée. On ne méconnaît pas impunément la différence de statuts. En Suisse, le service militaire est indissociablement lié à la citoyenneté : en contrepartie d’un droit (voter), le citoyen suisse a l’obligation de servir notre pays. Allons-nous confier la défense de notre pays à des gens qui ne veulent pas devenir Suisses ou qui ne remplissent pas les conditions d’une naturalisation ?

 

Il existe bien des armées efficaces qui emploient des soldats étrangers. A commencer par la fameuse légion.

La Légion étrangère est une troupe d’élite à l’histoire et aux traditions uniques au monde, une troupe professionnelle de surcroît. Je doute fort que le chef de l’armée ait en tête une idée aussi éloignée des traditions de notre armée de milice.

 

Ne pourrait-on pas imaginer que le fait de porter l’uniforme de l’armée suisse serait un accélérateur d’intégration ?

C’est prendre le problème du mauvais côté. Je ne conçois pas de confier la défense de mon pays à des personnes mal intégrées. Un étranger s’intègre d’abord. Ensuite, seulement, comme marque d’adhésion et comme dernier acte d’une intégration réussie, il peut devenir Suisse. Alors seulement, il peut et doit d’ailleurs servir notre pays.

 

Certains disent que cette proposition de Thomas Süssli serait la preuve que notre armée peine à recruter des nationaux.

Certes, notre armée manque cruellement d’effectifs. Le Service civil est une explication. J’en vois une autre : nous ne nous donnons pas les moyens nécessaires pour attirer suffisamment de femmes, de femmes… suisses. Le chef de l’armée ferait mieux de s’y atteler au lieu de lancer des idées démagogiques, dans l’air du temps.

 

Propos recueillis par Nicolas Verdan 

 

 

7 Commentaires

Pour commenter

Ne croyez pas qu'il n'y aura plus jamais de guerre en Europe, et rien ne prouve que la Suisse ne pourrait pas être envahie par une armée étrangère. Absolument personne ne peut le prédire.

Surtout avec la mentalité de gens qui ont le pouvoir de tout saccager.

L'Europe va de pire en pire... nous en sommes peut-être assez proche de cette troisième W.W., vu dans quelle incapacité sont les dirigeants européens actuels à faire le bien.

Il faudrait commencer par revenir en arrière et que tous soient obligés de faire son service militaire. Rien de mieux pour souder les citoyens d'un petit pays tel que la Suisse.

La Légion, n'a strictement rien à voir avec l'armée de milice de mon pays. Ne pas tout mélanger.

Un étranger n'a strictement rien à faire dans l’armée et la police suisse. On a vu ce que cela donne, avec les Kosovars qui on brandit leur drapeau, en portant armes et équipement de l'armée suisse lors d'un congé en week-end.
Ce qui prouve sans équivoque, le risque encouru pour la sécurité de mon pays (faut-il vous faire un dessin ?). Faire entrer le loup dans la bergerie est profondément irresponsable...

Du reste un étranger devrait perdre sa nationalité d'origine, n'avoir qu'un passeport d’où qu'il réside. Cela éliminerai une bonne partie de déserteurs et de profiteurs, de voyous, d'irrespectueux, de petits branleurs. Il en va de l'image sociale et économique du pays, deux point qui se sont passablement dégradés depuis la mise en place de Schengen.

La qualité suisse, mondialement reconnue par le passé, c'est grandement dégradée ces trois dernière décennies, à un niveau impensable pour nous et nos ancêtres. En première ligne, Schengen, qui nous a poussé dans le pétrin sur tous les fronts, sauf pour les patrons profiteurs d'une main d’œuvre malléable à souhait, ce qui ruine un peu plus mon pays...

100% d'accord avec M. Addor

Pour ma part seul les ressortissants Suisse peuvent et doivent s'inscrire à l'armée car défendre son Pays et un honneur , et suis entièrement d'accord avec Mr Ador. La Suisse aux Suisses et elle sera bien gardée

Entièrement d'accord avec M Addor et attristé que le chef de notre armée en vienne à se poser cette question saugrenue.

Je partage pleinement l'avis de M. JL Ador

Pour ma part, je suis d'avis que seul les Ressortissants suisse peuvent s'inscrire dans l'armée suisse qui doit le rester jusqu'au bout des ongles. S'il manque des conscrits, il y a d'autres moyens pour recruter des candidats.