Josiane Pralong-Kohler: « La rencontre, au cœur de nos vulnérabilités »

Josiane Pralong-Kohler

©Sandra Culand/DR

Josiane Pralong-Kohler, médecin-cheffe à Rive-Neuve, l’institution de soins palliatifs vaudoise, s’engage à défendre le droit à la santé des migrants. Un défi qui fait sens à l’heure de sa retraite imminente.

Quand la Sédunoise Josiane Pralong termine ses études de médecine à Lausanne, en 1984, les soins palliatifs n’existaient pas dans notre pays. De même, à cette époque, les migrants sont bien moins nombreux à demander asile à la Suisse. Devenue interniste, puis oncologue, celle qui est, aujourd’hui, médecin-cheffe à Rive-Neuve, à Blonay, est désormais active sur ces deux fronts : elle aide, soulage et accompagne les patients en fin de vie et elle accorde un soutien actif aux plus démunis venus de l’étranger.

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous