Yannick Noah: «Je sais que mon père et mon grand-père sont contents»

Yannick Noah tennis cameroun chanteur

En se lançant dans la chanson, Yannik Noah ne pensait pas connaître autant de succès. Pas plus qu'il ne pouvait imaginer devenir un jour chef du village d'Etoudi, au Cameroun.  © Dubreuil Corinne/ABACA  

Champion de tennis, Yannick Noah est devenu chanteur à succès. "Back to Africa", son douzième album sort ces jours. Mais il n’a pas oublié ses racines. Il est, depuis peu, le chef du village où il a grandi, au Cameroun. Un parcours peu commun qu’il raconte avec sincérité, humour et tendresse. Entretien.

En 1983, Yannick Noah fut l’inoubliable vainqueur de Roland-Garros. Une belle revanche pour celui qui fut victime de racisme et bizuté plus souvent qu’à son tour lors de son arrivée en sport-étude, à Nice, alors qu’il n’avait que 12 ans. Mais le succès lui a valu paradoxalement de tomber en dépression et a précipité son départ pour New York. Aujourd’hui, âgé de 61 ans, celui qui est devenu le chouchou des Français en tant que patron de l’équipe de France en Coupe Davis et aussi en tant que chanteur à succès ne renie pourtant pas ses origines. Après le décès de son père, il assume la fonction de chef du village où il a grandi au Cameroun.

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous