Thierry Lang, un talent qui ne vient pas de nulle part

Thierry Lang, un talent qui ne  vient pas de nulle part

 Ouverture aux autres et sens du travail bien fait : des valeurs familiales
 chères à Thierry Lang
.©Yves Leresche/DR

Le compositeur et pianiste, né à Romont en 1956, parle avec tendresse de son enfance qui l’a vu passer, non sans force persuasion et révolte, du piano classique au jazz.  

Le 28 juin dernier, le Steinway du pianiste et compositeur Thierry Lang prenait les airs. Seize ans après son arrivée par le ciel dans le studio du premier Suisse à avoir signé pour le mythique label new-yorkais Blue Note Record, le piano est parti d’Ollon (VD) en hélicoptère pour atterrir à Romont (FR). Là-même où ce fameux jazzman suisse a grandi avec ses trois frères et sœur. « En 2004, j’ai pu m’offrir ce piano après avoir reçu les 100 000 francs du Grand Prix de la Fondation vaudoise pour la promotion et la création artistiques. Parvenu, cette année, à l’âge de la retraite, marquée par la fin de mon activité d’enseignant professionnel au Conservatoire de Montreux, j’aurais dû m’en séparer pour des raisons financières. »

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous