Michel Corboz « Je jouis de ma solitude »

Michel Corboz « Je jouis de ma solitude »

Assis chez lui, Michel Corboz nous répond.Qu’est-ce qu’une belle voix ? « D’abord, cela ne suffit pas qu’il y ait la voix. Il faut qu’il y ait l’imagination, le mouvement musical, le sens du rythme, le désir de communique avec sa voix. Il y a des gens qui arrivent à communiquer avec des voix ingrates, c’est vrai. Une belle voix est ronde, elle n’a pas de parasites, rien de rauque. Mais la voix est un instrument, avec quelque chose de froid. Il lui faut un tempérament, une âme. » ©Yves Leresche

Retiré chez lui, à Lausanne, sauf quand il dirige encore et toujours à Lisbonne, le chef de chœur et d’orchestre fribourgeois Michel Corboz parle avec une passion intacte de la musique qui l’habite désormais dans la plénitude de son grand âge. A 86 ans, sa voix a des accents de sérénité qui font vibrer la mémoire vive du chant choral.

Avec son flamboyant verger automnal qui va jusqu’au chemin de fer, la maison est un havre de douceur en plein Lausanne. Face à nous, assis dans un salon respirant la musique et la lecture, un tout grand monsieur de l’art choral au XXe siècle en Suisse romande et dans le monde : Michel Corboz, 86 ans, le regard vif et le sourire zen. Que d’émotion au contact de celui qui enchanta nos oreilles en dirigeant durant près de cinquante ans l’Ensemble vocal de Lausanne (EVL) et enregistra plus d’une centaine de disques sous le label Erato.  

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous