L’arbre généalogique de Joseph Gorgoni

A 50 ans, Joseph Gorgoni (Marie-Thérèse Porchet sur scène) tient beaucoup à ses racines familiales. Il parle de ses parents avec pudeur, évoque son enfance et l’éducation rigoureuse qu’il a reçue… qui ne l’a pas empêché de réaliser son rêve : devenir artiste.

Pour Joseph Gorgoni, alias Marie-Thérèse Porchet, la famille est importante et l’a toujours été, garante d’une éducation et d’un équilibre qui ont fait de lui ce qu’il est aujourd’hui: «Mon père a toujours été très sévère et rigide avec ma sœur et moi. Il tenait à ce que nous ayons une bonne éducation. Venu d’Italie, il était électricien au Palais de justice de Genève et y connaissait tout le monde. Maintenant encore, quand ceux qui l’ont connu me parlent de lui comme étant un sympathique bon vivant aimant le spectacle, très différent de celui que je connaissais, j’ai l’impression qu’ils me parlent de quelqu’un d’autre.

 

Enfant, je n’ai pas connu mes grands-parents paternels. Mais j’adorais aller passer la nuit chez mon grand-père et ma grand-mère maternels. C’est Jeanne, ma grand-mère, qui m’a inspiré le personnage de Marie-Thérèse. Elle était d’une drôlerie irrésistible. Mon grand-père était plus effacé, mais c’était un homme adorable. Il m’a vu en spectacle, mais était déjà malade. Je me souviens qu’il s’était endormi: il n’était pas au meilleur de sa forme.

 

Dans ma famille, personne ne m’a jamais empêché de devenir comédien et danseur. Aujourd’hui, je n’ai plus que ma mère. Malade, elle a dû être placée, mais je vais très souvent la voir. Je n’ai pas d’enfants, mais mon compagnon et moi sommes très proches de nos neveux et nièces: Jessica, Héloïse et Ludovic. La famille est essentielle …»

 

Martine Bernier


Les racines d'autres personnalités romandes:

 

0 Commentaire

Pour commenter