OPERATION PORTE PLUME, la « lettre » d’Esteban

©DR


L'opération spéciale Porte Plume est lancée. Pour rester solidaire et unis, générations vous invite à écrire à vos enfants, petits-enfants et à vos proches. Vos lettres seront publiées sur notre site et dans le magazine en signe de soutien et de solidarité, dans cette période particulière de pandémie. Merci à tous ceux et toutes celles qui nous écrivent!


 

Lausanne, le 8 mars 2020

A mes grands-parents

 

Il faisait très chaud pour un jour d’hiver. Le soleil me chauffait les joues et l’étoile qu’on avait suspendue à la fenêtre pour le Père Noël s’est mise à briller. On était tous les trois dans le jardin et on jouait à faire de la musique avec les ustensiles de cuisine de Mamy « Yaya ». J’avais ma doudoune et mon bonnet « chat », mon favori, et je tournais en rond comme une hélice en chantant, ça vous faisait pleurer de rire. J’aime bien vous entendre rire et je voulais que cela ne s’arrête jamais. En face du cabanon, Coco aboyait pour nous accompagner. Après manger, je me suis endormi sur les genoux de papy « Bobo » qui m’a installé doucement dans le cabanon pour la sieste.

A mon réveil, maman et papa étaient là et je sentais que quelque chose était différent. Ils ont dit : « Il faut partir, maintenant ! Fais aurevoir à papy et mamy ! » Et quand j’ai voulu vous embrasser, ils m’ont tiré par la main brusquement : « On ne fait pas de bisous aujourd’hui ! » J’avais peut-être fait quelque chose de mal ? Une bêtise ?

J’ai tout essayé pour rester encore quelques minutes avec vous. Crier et bouder, ce sont mes armes préférées. Ça n’a pas marché. C’est la dernière fois que j’ai senti votre odeur et touché la douceur de votre peau.

Depuis, je vous vois dans un écran et barbouille avec vous. J’ai beau essayer avec mes petites mains de traverser l’image, mais je suis pas encore assez costaud pour y arriver. Vos papouilles me manquent. Pourquoi je peux plus venir chez vous ? Je suis puni ?

Papa m’a expliqué que c’est à cause d’un « Birus » au drôle de nom que je ne peux plus vous voir. « Un sale truc invisible », a ajouté maman. Comment est-ce qu’un truc sale et qu’on voit même pas peut nous éloigner ? Je ne sais pas, mais je vous promets que je deviendrai plus grand et plus fort que ce « Birus » pour qu’il ne puisse plus jamais nous séparer.

Je vous aime,

Votre petit-fils Esteban

Patricia Tella (pour Esteban 2 ans qui manque à ses grands-parents)

 

COMMENT NOUS ÉCRIRE? 

  • Par écrit, à: Magazine générations, rue des Fontailles 16, 1007 Lausanne
  • En mail: contact@generations-plus.ch (objet: ma lettre)

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter