Yves Leresche, primé au Swiss Press Photo Award 2020

©Yves Leresche - qui a su capter l’énergie qui se dégageait des participantes, à Lausanne.

Le collaborateur de générations, a reçu le premier prix du Swiss Press Photo Award dans la catégorie « Actualité » pour des photos prises lors de la grève des femmes. Et, depuis la parution de cet article dans le magazine,Yves Leresche, a été élu photographe suisse de l'année!

Il est connu pour ses reportages sur les Roms. Les lectrices et les lecteurs de générations auront aussi repéré sa signature sous les portraits de leur magazine préféré. Le photographe indépendant lausannois Yves Leresche, 57 ans, vient de recevoir le premier prix du Swiss Press Photo Award 2020 dans la catégorie « Actualité » pour ses photos prises lors de la grève des femmes à Lausanne, le 14 juin 2019. Ce jour-là, Yves est mandaté par l’hebdomadaire L’Illustré pour ramener une série de clichés sur les slogans. Or, une fois sur place, le photographe capte l’énergie très forte qui se dégage de cette manifestation.

Obéissant à ses réflexes de reporter humaniste, proche des gens, il comprend qu’il est à côté du sujet en se concentrant sur les pancartes : « Cela se passait ailleurs ! » Il décide alors de montrer plutôt les visages, les attitudes et les gestes des participantes. « En général, j’évite de trop cadrer. J’essaie d’aller plus loin en intégrant plusieurs plans, car j’aime les images qui racontent plusieurs choses en mettant aussi en évidence les scènes et les personnes hors-champ. »

Saisi par l’émotion, ce jour-là, il a su rendre la détermination de ces femmes de tous les âges dans une perspective dramatique, parfois empreinte de souffrance. Une image en particulier témoigne de ce qui se joue dans les rues de Lausanne : « Ce groupe de trois jeunes femmes qui ont le mieux incarné ce que je voulais dire. J’ai senti qu’elles avaient envie de vivre leur vie comme elles l’entendaient, de jouir de leur corps comme elles le voulaient et elles avaient une gestuelle qui exprimait cette idée fortement. Je pense que cette image, finalement, est meilleure que n’importe quel slogan. »

Depuis 1990, Yves Leresche accomplit un travail d’immersion dans la vie des Roms, la minorité la plus discriminée d’Europe : en Roumanie, pour commencer, puis dans les Balkans et dans les rues de nos villes où ces femmes, ces hommes et ces enfants sont venus mendier. La prochaine étape de ce travail au long cours passera par d’autres pays d’Europe : « Cette migration rom est circulaire, avec des cycles de cinq ans en moyenne par ville. »        

 

Nicolas Verdan

0 Commentaire

Pour commenter