Vinothérapie: un spa itinérant pour l’amour du vin

©Sandra Culand/DR

Le concept La Vigne propose un spa itinérant qui promeut la vinothérapie dans le vignoble du Lavaux (VD) et ses environs. Une collaboration qui unit aussi bien une trentenaire qu’un sexagénaire. 

Il y a Céline, 30 ans, Murielle, 35 ans, Jeff, 46 ans, et Christian, 65 ans. Si leurs chemins de vie comme leurs âges diffèrent grandement, ces quatre Romands se sont réunis autour d’un projet que l’on pourrait donc qualifier d’intergénérationnel. Ils ont fondé, il y a un peu plus d’un an, la jeune société Travel Factory. Si son but premier était d’allier périples lointains et amour du vin, double passion qu’ils ont tous en commun, le coronavirus les a contraints à revoir leurs objectifs. Et ils ont trouvé une parade aussi innovante que délicieuse grâce au concept novateur La Vigne : un spa itinérant qui fait escale dans les vignes du Lavaux et de ses environs. 

 

Une bulle de bien-être

Concrètement, La Vigne est un voyage sensoriel et intérieur de proximité. Il s’agit d’un pop-up spa, c’est-à-dire nomade, qui se déplace d’un domaine viticole à l’autre, suivant les demandes. Première escale : le Domaine Bovy, à Chexbres (VD). Ce spa avec vue sur le lac et les vignes se constitue d’une bulle transparente, dans laquelle se trouvent des tables de soins permettant de faire des massages, des gommages ou des enveloppements à partir des résidus de la vigne, surtout de la lie et du marc. « Dans le processus de vinification, ces parties sont jetées, alors qu’elles contiennent de nombreuses propriétés antioxydantes», détaille Christian Jacot-Descombes. A côté de cette bulle, deux baignoires en cuivre remplies d’eau chaude, où se détendre, un verre de bon cru local à portée de main. Les hôtes bénéficient ainsi, depuis juin dernier, d’une expérience unique en Suisse que n’aurait certainement pas renié Bacchus. Elle se décline en deux «rituels » distincts — dont le prix oscille entre 190 et 300 francs pour un soin d’une durée de 1 heure 15 à deux heures. « Dans un second temps, nous comptons lancer une gamme de cosmétiques à base de produits de la vigne made in Switzerland », précise-t-il. 
 

A lire aussiFabricant d’automates d’oncle en neveu

 

Ils sont complémentaires

Reste la question, comment nos quatre fondateurs vivent-ils leur différence d’âge ? Avec bonheur, répondent-ils. « Même si c’est un concours de circonstances plus qu’une volonté farouche, cette configuration fait que nous sommes très complémentaires, estime Christian Jacot-Descombes, retiré du secteur bancaire. J’ai toujours été entouré de jeunes, durant ma vie professionnelle. Ils ont des qualités incontournables dans le cadre d’un business comme le nôtre. Les modes de pensées des digital natives (NDLR, des jeunes plongés dès le départ dans les technologies numériques) sont différents des nôtres, en termes de communication et de réseaux digitaux. Ils ont surtout une manière de se projeter dans le futur très forte et porteuse. » L’aîné du groupe apporte-t-il son expérience, comme on pourrait le supposer ? « Je n’en ai guère en matière d'entrepreneuriat, contrairement à la benjamine, qui a déjà eu l’occasion de lancer son entreprise dans le monde équestre et possède un vrai sens du business, fait-il remarquer. Grâce à mon âge et mon parcours, je peux, en revanche, me prévaloir d’une certaine sagesse. Cela dit, une chose est sûre : c’est fort et gratifiant de monter un tel projet. » 

Découvrir le site web de la-vigne.ch

 

Frédéric Rein

0 Commentaire

Pour commenter