Un thé léger

©RTS/Jay Louvion

A cœur joie, la chronique par Martina Chyba

Une amie est passée boire un café. Finalement, elle a pris un thé « positive energy » cranberry-hibiscus. Et elle n’a fumé qu’une seule clope. La connaissant depuis plus de quarante ans, ça voulait dire que ça n’allait pas fort. Dans mon métier, les PDM, ce sont des parts de marché. Avec mes copines, les PDM ce sont des « Périodes de M… ». Alors voilà, c’est une belle PDM. La cinquantaine, ce n’est pas facile, surtout quand elle est bien entamée. Entre nos parents, nos enfants, nos amants (éventuels), nos boulots (éventuels aussi, car le monde du travail n’est pas simple après 50 ans), nos bobos (pas éventuels, ça on est sûrs d’en avoir) et notre future éventuelle retraite, il y a bien à lutter. Dans ces cas, il faut se souvenir de notre capacité de légèreté et des trucs cinglés que l’on a été capables de faire après 50 ans.

Tu te rappelles quand tu as rencontré ton amoureux et que vous alliez en moto, et en cachette, faire l’amour dans un pré comme si vous aviez 16 ans ? Avec ton énorme chien qui vous regardait ? Et toi, tu te rappelles quand tu t’es inscrite sur un site de rencontres et que tu es allée à Paris pour « boire un verre » avec un inconnu et que tu as fait ce qu’il ne faut jamais faire, à savoir monter chez lui le premier soir et se sauter dessus sans même boire le fameux verre ? Tu te rappelles quand tu t’es teint les cheveux en violet et que tu as tout largué, quittant maison-jardin-mari-enfant pour vivre avec ton chéri dans un petit appartement ? Tu te rappelles quand tu as eu une discussion difficile avec ton mec sur la fidélité, et que tu as bu trois caïpirinhas et lui six whiskys secs avec juste quelques cacahuètes pour éponger, et que vous êtes tombés sur le trottoir en vous embrassant, alors que des jeunes vous regardaient effarés, et que vous avez eu du mal à vous relever à cause des hanches un peu raides ? Tu te rappelles quand tu allais au sex-shop pour acheter ce chouette lubrifiant poire-chocolat tellement écœurant, et des jouets marrants, car il ne faut pas mourir idiot, même quand on ne sait pas forcément comment ça marche et où exactement il faut les mettre ? Tu te rappelles quand tu t’es fait tatouer une énorme rose sur l’avant-bras pour que ça se voie bien, en disant que c’est un des rares endroits où ça ne ramollira pas trop ? Tu te rappelles la fois où ton gynécologue t’a proposé un truc pour booster la libido et que tu as dit : « Je prends », même si c’est des hormones, parce que tu préfères ne rien lâcher et prendre un petit risque plutôt que de vivre anesthésiée en attendant la fin ?

On a fini le thé cranberry-hibiscus (oui, c’est bon pour la vessie) et, finalement, on s’est bien marrées. On s’est dit qu’on était fracassées, mais vivantes. Et pour encore un bon moment. 

 

Martina Chyba

 

0 Commentaire

Pour commenter