Résolution sexuelle

©RTS/Jay Louvion

 

A cœur joie, la chronique par Martina Chyba

Cette année 2021, voici ce que je propose. Oubliez les bonnes résolutions que vous ne tenez jamais… genre arrêter de fumer, faire un régime ou de la gym ou les deux, travailler moins, consommer moins. Là, en pleine pandémie et crise économique mondiale, il faut une priorité sérieuse, motivante, bonne pour soi-même et les autres, peu consommatrice d’énergie, naturelle  et feel good, j’ai nommé : le cul.

Notre bonne résolution sera donc : épanouir sa vie sexuelle après 50 ans. Il ne s’agit pas de faire l’amour trois fois par semaine, c’est comme les cinq fruits et légumes par jour, ça ne marche pas, c’est idiotement normatif et lourd en charge mentale. Il s’agit, au contraire, de se détendre.

On s’offre un joli dessous. Mais adapté, hein, pas une résille qui nous transforme en salami Citterio ou en maîtresse Domina de carnaval. Joli, assez couvrant, classe. Et confortable, of course. Messieurs, ne ricanez pas, cela vaut aussi pour vous, c’est le moment de faire le tri dans vos vieux boxers.

On s’offre un joli jouet. Un machin qui vibre, petit, format sac à main, chou. On l’utilisera ou pas, mais on le met sur la table de nuit dans un étui discret, entre la boîte de Xanax, les boules Quies, le verre d’eau (sans dentier dedans si possible), le téléphone et le bon bouquin.

On s’offre une petite épilation. Oui ça fait mal. Oui c’est affreux quand l’esthéticienne vous dit : « On est prête à faire la grenouille ? » Oui, vous avez envie de la tuer quand elle arrache. Mais quand vous sortez de là, vous avez l’impression, même si personne ne le voit, d’être la femme la plus sexy de l’univers. Bon, cela ne dure pas, hélas. Messieurs, ne ricanez toujours pas, on en croise plein qui viennent faire les épaules ou ce que l’on appelle élégamment le « sillon interfessier ». Ce qui mériterait une chronique en soi.

 

A lire aussi : Esthétique et toc !

 

On s’offre ce qu’il faut pour que ça se passe bien, crème aux hormones, pilule truc bidule, lubrifiant, à notre stade, on ne va pas chipoter. Si je peux oser un conseil, pour le lubrifiant, restez dans le sobre, j’ai tenté le poire-chocolat, eh bien c’est… hem… un zeste trop sucré.

Pour finir, on s’offre de la liberté. Le droit de faire ce qu’on veut avec qui on veut. Et, si on veut pas, on fait pas. Les jeunes ont des PCO (Plan Cul Occasionnel) qui peuvent devenir des PCR (Plan Cul Régulier). Alors pourquoi pas nous. Et, s’il y a amour fort ET épanouissement sexuel, alors on tiendra le coup en 2021.

Courage et on y croit !

 Martina Chyba

 

0 Commentaire

Pour commenter