Mots doux et mots crus

Martina Chyba, Journaliste ©DR

La chronique A cœur joie, par Martina Chyba

Lorsque vous êtes un peu moins jeune qu’avant, plus personne n’imagine que vous vivez l’amour. Et, encore moins, que vous le faites. Et on ne s’attend certainement pas à ce que, en plus, vous l’exprimiez. Exemple, vous rencontrez quelqu’un à plus 50 ans (ça arrive), et vous devenez amoureux (oui, à nos âges, on essaie de ne pas trop tomber à cause du col du fémur). Comment vous l’appelez ? Votre amoureux ? En privé ? Et, plus périlleux, en public ? Les couples ayant 40 ans de vie commune sont souvent animaliers: mon lapin, ma caille, mon chat, mon poussin, ma poulette, mon canard…

Et les nouveaux couples, c’est quoi ? Mon chéri, ma chérie ? Mais il y a des gens qui balancent du chéri à tout le monde, aux copains, aux collègues… Mon cœur ? Mais il y a beaucoup de parents qui disent ça à leurs enfants. J’y suis venue aussi parce que « pompon » ou « trésor » avec un fils de 20 ans ce n’est plus possible. En France, ils disent beaucoup « ma moitié » et je demande chaque fois… mais la moitié de quoi ? Mon bébé ? Quand on a 60 ans ? Euh… Bref, je suis une militante du classique et indémodable: « mon amour ». Car on n’appelle comme ça ni son pote, ni son ex, ni son collègue, ni son gosse, ni quelqu’un qu’on n’aime plus.

Ensuite, il y a les mots qu’on dit à l’oreille au milieu de la nuit. Y a-t-il un Migros Data à ces mots-là ? Mais non ! Tout le monde se souvient de son enfant petit qui demande au milieu d’un repas ce que c’est de « rouler une pelle » ou « pourquoi le zizi il monte ? ». On est gênés. Eh ben, avec les vieux, c’est pareil, quand ils parlent de sexe, on est gênés. Mais, hé les amis, on ne va pas se gêner. Il faut être capables de dire les mots doux. Et les mots crus. Et même de les écrire. Bon, faire un SMS du style : « J’ai envie de ta… dans ma… », ce n’est certes pas évident, mais on apprend ! Il faut juste apprendre aussi à l’effacer après. Formuler à voix haute à son amoureux : « Prends-moi là sur la chaise tout de suite », c’est pas mal non plus. Encore que la chaise, c’est risqué avec cette histoire de col du fémur. La table, c’est peut-être mieux. Ou le lit.

On s’est compris. Et, surtout, ne pas oublier de dire je t’aime. Jamais.
 

 

Martina Chyba

 

 

0 Commentaire

Pour commenter