La caravane qui amène du bonheur

© Yves Leresche

Le principe est simple comme bonjour et, lorsqu’il est mené avec tant de talent et autant de pudeur, on craque ! Imaginez une petite caravane, deux animateurs en or et un village — ou un EMS, un hôpital, un centre de réinsertion … — qui les accueille, eux et leur équipe, durant 48 heures d’émission hyperlocale en direct. Hyperlocale ? Oui, chacun, aux alentours, a droit à un petit poste de radio pour écouter les échanges qui se font au micro entre Lionel et Jean-François (les gars en or, c’est eux) et leurs invités, qui rient, s’épanchent et pleurent parfois, comme des milliers de téléspectateurs à toutes les diffusions de « Caravane FM » sur la RTS.

 

Ce petit miracle télévisuel doit beaucoup, bien sûr, à la personnalité des deux comédiens animateurs

 

Ce petit miracle télévisuel doit beaucoup, bien sûr, à la personnalité des deux comédiens animateurs et leur équipe qui, en grands professionnels, n’ont pas oublié qu’ils aimaient aussi les gens. Simplement, directement, en les tutoyant et sans gommer la dureté de la vie qui vagabonde de micros en villages à chaque émission. Il y a donc des enfants, des vieux, des jeunes, des malades, des estropiés de la vie qui acceptent de se raconter dans la caravane, devant les caméras, tandis que leurs potes, des amis, des villageois ou des aidants les écoutent comme ils ne les ont jamais entendus. On se marre bien avec eux, on sifflote aux chansons qu’ils chantonnent, on sanglote aussi, sans qu’une once de pathos ou de mise en scène n’ait, pour autant, été pensée à dessein. Chapeau à eux, à tous ceux qui les entourent pour réussir cet impossible pari.           

Mais « Caravane FM » est plus encore, et c’est là son secret: elle retisse devant nos yeux les liens humains qui font la vie belle et qui, hélas, se sont souvent évanouis dans nos quotidiens. Aussi, à la fin de l’émission, la question s’insinue doucement en nous, comme une petite rengaine qui nous accompagnera toute la journée : quand donc était-ce la dernière fois que nous avons adressé la parole à une personne que nous ne connaissions pas, juste comme ça, pour le simple plaisir de la rencontre et du partage ?

Bon été à vous tous, rendez-vous en septembre pour notre nouvelle édition !

 

 

Blaise Willa, directeur de publication et rédacteur en chef

0 Commentaire

Pour commenter