L’après pointe enfin son nez

©Istock

L'EDITO de juillet-août du magazine générations

Le plaisir simple de se rasseoir sur une terrasse de bistrot. Le bonheur de tenir son petit-fils sur les genoux en pouffant de la mauvaise blague qu’on vient de lancer. La douceur retrouvée de la liberté, la joie de parcourir les rues, d’entrer dans les magasins, d’embrasser ses amis à nouveau, d’imaginer, tiens, même des vacances… Vous aussi, vous en rêvez ? Oui, mais le Covid est encore là et la pandémie n’est pas encore éradiquée — en Suisse et encore moins sur la planète. Pourtant, tout le monde en rêve, tout le monde veut le croire : l’après pointe bel et bien son nez. 

L’après ? Oui, ce fameux bout du tunnel tant et tant de fois promis qui semble enfin à portée de main grâce, notamment, au vaccin. La Confédération s’approche de ses objectifs — 75 % des personnes vulnérables vaccinées à fin juin et plus d’un tiers des adultes complétement vaccinés à ce jour — tandis que la baisse des infections se poursuit. C’est énorme. Des efforts inimaginables ont été réalisés et avec l’été, on se met sérieusement à croire au retour à la normalité, malgré la menace persistante des variants du coronavirus.

 

« Dans la rue, dans le train, dans les bus, chaque geste vous paraîtra inestimable et chaque visage revivifié »

 

Aussi, générations, après vous avoir accompagnés et soutenus sur les chemins tortueux de la pandémie, en vous informant, numéro après numéro, des avancées et des reculs, après avoir crié quand il le fallait ou ri car il le fallait, se réjouit aujourd’hui de vivre ce moment avec vous. Bientôt, vous devriez revoir les vôtres, tous les vôtres, voyager ou tremper le pied, pour les plus chanceux, dans les eaux douces ou salées, vous promener dans les montagnes et rejoindre la cabane d’altitude. Dans la rue, dans le train, dans les bus, bientôt, chaque geste vous paraîtra inestimable et chaque visage revivifié. Oui, bientôt, le port du masque devrait être réservé à certains espaces et les faciès se remettront à parler. Votre voisin, votre infirmier ou votre caissière s’en réjouissent aussi. 

générations vous a donc concocté une transition en douceur, tenir l’été encore. Jeux, voyages, balades, tout devrait nous inviter sur la pente douce du retour, pour oublier, un instant, ces sombres souvenirs surgis des mois passés. Bien sûr, tout ne changera pas du jour au lendemain et des habitudes sont prises. Gel hydroalcoolique, distance, masque, on l’a dit, encore de rigueur. Covid long, convalescences difficiles, nouvelles alertes sanitaires, les peurs nous ont habitués au pire mais nous devrions savoir nous en défaire. Dans l’attente, asseyez-vous au soleil une heure et imaginez la suite : elle devrait être meilleure, quoiqu’il arrive.
  
Bonne lecture à tous et rendez-vous en septembre prochain ! 

Blaise Willa,
directeur de publication et 
rédacteur en chef

0 Commentaire

Pour commenter