Humilié en direct

40km/h, un rythme de sénateur pour des coureurs cyclistes professionnels. © RTS

Le Tour de Romandie vu - et mal vécu - par notre journaliste Jean-Marc Rapaz.

Je vous l’ai déjà dit. J’ai l’habitude de transpirer quotidiennement sur mon vélo elliptique, tout en regardant la télévision. Et, cette fois, plutôt que de visionner un énième film d’action, je pédalais joyeusement — ça c’est pour la frime, en réalité, je souffre du début à la fin — en suivant sur RTS2 le Tour de Romandie cycliste. Une édition magnifique, reconnaissons-le, jusqu’au moment où j’ai pris un énorme coup de massue. Oui, et asséné sans vergogne par Daniel Atienza, ancien coureur cycliste professionnel et, aujourd’hui, consultant. Cet ancien champion a déploré, en direct, que le peloton roulait à un rythme de sénateur, soit 40 km/h!

Là, d’un coup, je me suis senti misérable: 40 km/h! Il y a quelques années, lorsque j’enfourchais mon vélo de course, j’atteignais cette vitesse stratosphérique au maximum de mon effort, le vent dans le dos et en légère descente sur quelques dizaines de mètres… Moi qui m’imaginais prêt pour le Tour de France. Le pire, c’est que Daniel Atienza disait vrai. Cela s’est vu quelques minutes plus tard lorsque les coureurs ont produit leur effort en vue de l’arrivée. Sûr, j’ai bien fait de vendre mon beau vélo: oui, je ne peux pas accuser le matériel, c’est bien votre serviteur qui était mou du mollet.

Cela dit, il faut être honnête. En tant que consultant, cet ancien champion du pédalier est excellent, apportant un plus dans ses commentaires à chaque fois ou presque. Le coup d’œil du gars qui a vécu de l’intérieur la course est irremplaçable et précieux. On pourrait d’ailleurs dire la même chose de Marc Rosset lorsqu’il nous éclaire sur le tennis. Quand un consultant est bon — ce n’est pas toujours le cas —, le spectateur est gagnant même depuis son fauteuil.

Jean-Marc Rapaz

0 Commentaire

Pour commenter