Eté, tu sais, je t’aime un peu beaucoup

Je me souviens des camps de louveteaux dans le Jura avec ma sœur Bérengère, des chasses au trésor, des bivouacs, de nos genoux écorchés et des nouveaux badges brodés sur nos chemises. Je me souviens de l’île de Porquerolles, des tortues dans le jardin, des étoiles de mer si rouges et du stand de crêpes, en bas du chemin de la plage. Des voyages en voiture, entassés à six, avec valises et épuisettes et de mon père qui conduisait en fumant sa pipe et en écoutant Joe Dassin. Je me souviens du tour de Suisse, du carnet de voyage, de l’homme déguisé en ours à l’entrée du glacier du Rhône, avec qui je ne voulais pas me faire photographier. Je me souviens du regard de la Vierge noir à l’abbaye d’Einsiedeln. Je me souviens du 1er Août à Nendaz, du cor des Alpes au bord du lac de Tracouet et des parapentistes qui tombaient dans l’eau. Je me souviens de mon premier vol en avion pour la Tunisie, du marché de Sousse et de l’odeur des bouquets de jasmin. Je me souviens des vacances en Turquie, de mon malaise dans la vallée des phallus en Cappadoce, du site d’Ephèse et de l’eau chaude qui sentait le soufre à Pamukkale. Je me souviens des vacances sous la pluie à Hossegor avec Barbara, des cours de surf et du Camping des Flots Bleus. Du périple dans les Cyclades, de la manche à Athènes et de la fête sur l’île d’Ios avec Renata. Je me souviens de la plongée à Menton avec Isabelle et de la rencontre avec Frank. Je me souviens d’Avignon, du festival, des retrouvailles, des cousins et les longues soirées au rosé. Je me souviens de l’Islande, de la lumière à trois heures du matin et des cris de joie des enfants. Je me souviens des feuilles de vigne en Crête, des marches dans Venise, des éléphants en Namibie, de la couleur de l’eau à Eilat, des longues soirées avec les copains à Genève, du temps à rigoler avec les enfants, de ce temps suspendu, et de comme ça fait du bien. Je me souviens que c’est si doux, l’été, que cela devrait durer encore et surtout revenir plus vite.

Brigitte Rosset

0 Commentaire

Pour commenter