Dormir, un plaisir solitaire

©iStock

«Aller au lit » est une expression ambiguë. Elle peut vouloir dire « coucher » ou « se coucher », ce qui est une activité très différente. Et cela pose une question importante: est-ce mal d’aimer « coucher » à deux, mais de préférer « se coucher » tout seul ?

Imaginez: vous avez dormi pendant dix, vingt ou trente ans avec votre conjoint et, tout à coup, pouf ! Vous dormez seul(e). Déjà, se pose le diabolique dilemme suivant: je reste de « mon côté » ou je me mets au milieu ? Moi, je reste de « mon » côté, c’est plus pratique pour atteindre la lampe, le réveil, les livres sous le lit, les médicaments, le verre d’eau, les crèmes diverses, le chargeur et les lunettes de lecture… Et le côté de « l’autre » est parfait pour entreposer les journaux, l’ordinateur, le téléphone, le chat, le chocolat noir, voire un Monsieur si ça se présente.

Avec l’âge, il ne faut pas se mentir, ce n’est pas désagréable de dormir seul(e). Le sommeil est moins bon, on ronfle, on se lève dix fois pour faire pipi (merci prostate délicate ou périnée distendu), on a envie d’allumer la lumière et on aime son vieux pyjama.

Le problème se pose lorsque vous devez redormir avec quelqu’un. Au début, rien que l’idée du réveil me mettait en mode panique. Tête de zombie & haleine de zombie et, après, il faut mettre le pied par terre et marcher sans faire « aïe aïe aïe » parce qu’on a mal aux orteils/ à la cheville/ au genou/ à la hanche (cochez la case correspondante), pour aller vider sa vessie sans faire de bruit, trouver une petite culotte et, accessoirement découvrir l’autre dans la même situation… Bref, l’Everest.

Mais voilà, il y a une chose que l’on appelle l’amour. Ça peut aider. Alors, un ou deux tips si jamais. Planquer des boules Quiès sous l’oreiller et attendre que Monsieur dorme pour les mettre. Pratiquer la position dite « des petites cuillères » (en gros se coller sur le dos de l’autre) qui permet de profiter des corps sans la tête de zombie & haleine de zombie. Et puis, solution 2020: habiter à 500 kilomètres l’un de l’autre: vous serez extasiés de vous retrouver et ravis de retourner dormir chez vous.

©Martina Chyba

0 Commentaire

Pour commenter