Célébrer la vie

© iStock

Le temps passe trop vite. » « J’arrive à la retraite et je n’ai rien vu passer ! » Qui n’a pas prononcé ou entendu de telles phrases ? Oui, la vie passe vite, et nous sommes tellement occupés ! John Lennon écrivait : « La vie, c’est ce qui vous arrive pendant que vous êtes occupé à faire d’autres projets. »

Il arrive aussi que, pour certaines personnes, la vie apparaisse monotone, difficile. Les anthropologues qui s’intéressent à ces sujets expliquent que ce qui nous manque de plus en plus, ce sont les rituels. Trop rigides, ceux qui existaient dans notre société ont été abandonnés peu à peu! Les rituels du baptême, du passage à l’âge adulte, du mariage, de la retraite, du deuil, ne sont plus ce qu’ils étaient et, parfois, supprimés.
Les rituels liés aux différents moments de l’année n’ont plus cours : la Chandeleur, les équinoxes, les fêtes des récoltes, des vendanges, tout cela nous devient étranger ou, alors, surtout « commercial ». Les fêtes religieuses ont perdu leur sens pour beaucoup. Un jeune à qui l’on demandait ce que signifiait la Fête de Pâques, pensait qu’il s’agissait de la fête du lapin ! Tout cela, c’est notre réalité ! Mais on peut la changer ! Et retrouver des occasions ainsi que des moyens personnalisés de célébrer la vie et les événements. Chacun peut créer des rituels personnels dans sa journée, instaurer des rituels familiaux à des dates précises : repas en commun aux dates anniversaires; excursions à un endroit donné en famille, un jour par année; réunion de tous les petits-enfants pour une soirée crêpes à la Chandeleur; repas-récit pour remercier les personnes décédées (chacun raconte le meilleur souvenir) ; célébration de réussites, de retour d’une personne qui a passé du temps à l’étranger, de retour de l’hôpital. Il y a tant de choses à célébrer. Lorsqu’on le fait, la vie semble plus riche et plus belle. Ces célébrations peuvent être très simples, le plus important, c’est d’être ensemble, de partager (même un plat de spaghettis!), de prendre conscience que la vie passe et que, l’an prochain, ceux qui sont vivants aujourd’hui pourraient ne pas l’être.

Rosette Poletti, chroniqueuse

0 Commentaire

Pour commenter