Body positive

©RTS/Jay Louvion

A cœur joie, par Martina Chyba

Vous avez entendu parler du mouvement body positive, qui consiste, en gros, (ah non, il ne faut pas dire en gros justement !), à accepter son corps comme il est. Et à le montrer fièrement. Fini les moins trois kilos avant le maillot, on y va comme on est et vive la fête du slip de bain. C’est décomplexant et on assiste depuis quelques années sur les réseaux à l’exposition de rondeurs imposantes, de ventres rebondis et de décolletés et de fesses XXL. C’est souvent joli. Cela s’assortit parfois de vergetures non photoshoppées, de secouages de cellulite en vidéo, d’acnés non retouchées en gros plan. C’est moins joli, mais c’est un acte militant: les vrais corps sont comme ça

Evidemment, les marques se sont jetées à l’eau, terrifiées d'être considérées comme grossophobes. On voit donc partout désormais des mannequins que l’on appelle plus size ou grande taille, parce qu’on veut bien être inclusif, mais pas au point de prononcer le mot grosse ou obèse, il faut que tout cela reste positif. Soyons lucides, c’est pas par amour pour nos silhouettes, mais pour nous vendre des trucs. Cela dit, ça change un peu le regard que l’on peut avoir sur soi et on ose se dire : « Finalement, je suis encore assez potable. Il faudrait juste que je perde un peu le ventre post-ménopause (que vous connaissez bien n’est-ce pas) qui, en fait, est impossible à perdre. » Mon amie nutritionniste m’a bien expliqué qu’on ne pouvait pas cibler la perte de poids et dire je veux perdre à cet endroit-là. J’ai remarqué, car quand j’ai perdu cinq kilos (que j’ai repris cela va sans dire), j’ai vu fondre les seins et les fesses, tout ce qu’il ne fallait pas, mais pas le repli sous le nombril. Du coup, j’ai pensé à une liposuccion. Mais une copine en a fait une et a épongé du gras qui coulait de ses cuisses pendant des semaines et il est resté des granules dures dans les fesses, donc pour 10 000 francs, j’ai préféré prendre un troisième pilier, c’est moins glamour, mais, vu ce qui nous attend comme retraite, c’est plus sûr. Je me dis que je vais être body positive, voilà.

A ce propos, j’ai une question emmerdante : dans toutes les pubs et défilés, je vois désormais des femmes grandes tailles, mais pas d’hommes. Marrant non ? Vous avez vu des mecs bedonnants poser en maillot de bain ou en slip vous ? Pourtant, dans mon entourage, ils n’ont pas tous la plaque de chocolat, loin de là. Souvent, c’est plutôt la mousse. Alors, à quand le bedon de papi avec les poils dessus, valorisé comme un truc hypersexy ? Mmmmh ? On attend avec impatience.

0 Commentaire

Pour commenter