Ça recommence

©DR

Je me souviens, la chronique par Brigitte Rosset

J’aime pas du tout l’idée qu’il faut « réussir sa rentrée » : envoyer à l’heure ses petits, peignés, suréquipés et SANS RIEN OUBLIER DÈS LE PREMIER JOUR. J’avoue, j’ai jamais réussi. J’ai pas trop envie de compter les essais. Heureusement, les enfants grandissent, plus besoin de « fourrer les cahiers », de trouver les basanes, le sac de gym, de rythmique, de piano, de danse, d’école… 

En revanche, ils n’échapperont pas à la tradition annuelle : faire le tri. TOUTES les mères parfaites font le tri. Alors, nous aussi, on fait ! Vider les tiroirs, tomber sur la circulaire cachée sous le pot de yaourt moisi, celle qu’on a cherchée partout, en stressant, parce que « si on ne la rend pas, pas de parascolaire ». Découvrir en rigolant un peu, des essais très réussis d’imitation de ma signature. Et, quand on a rempli au moins deux sacs poubelle, la mère parfaite qui roupille en moi, a l’impression d’avoir fait tout juste, comme toutes les autres mamans.

Cette année, c’est un peu particulier. Grande chérie fera une rentrée traditionnelle au collège, mais pour petite chérie ce sera à Vancouver et grand chéri, lui, a été accepté dans une école… de théâtre professionnel. Aïe !

 

A lire aussiEt puis, l’oiseau vole de ses propres ailes

 

Pourtant, je le voyais avocat ou diplomate ou journaliste, je le sentais. Ah !, l’instinct maternel devait roupiller aussi un peu. Pour développer son esprit, on l’a inscrit à toutes sortes de cours, sauf du théâtre : du dessin, où il devait rester debout et lancer, avec les doigts, la peinture contre le mur. Judo, mais pas longtemps : «J’aime le jus de pomme pas le jus d’eau ». Water-polo, ski, natation… Sa grand-mère l’a initié aux échecs, avec des garçons bien élevés, à un cours de voile dans un Yacht Club select. Résultat aujourd’hui, en plus de l’improvisation théâtrale, il a un groupe de pop psychédélique, il fait aussi du jazz et « pompon sur la rentrée», il vient de décrocher un joli rôle dans une nouvelle série. 

Ben, vous savez quoi ? En fait, je me dis avec fierté que j’ai pas trop mal réussi ces trois-là. Et j’aurai pas la médaille pour la rentrée, mais je suis peut-être en train de réussir la sortie du nid. C’est super.

 

Brigitte Rosset

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter