Votations américaines : ils ont fait l’Amérique

©Istock

Le 3 novembre, les Américains éliront leur prochain président sur fond de pandémie qui a fait des ravages chez les seniors aux Etats-Unis. Le démocrate Joe Biden, 77 ans, défie le président sortant Donald Trump, 74 ans. A cette occasion, générations est parti à la rencontre de person-nes âgées qui joueront un rôle clé le 3 novembre.

Ils ont tant sacrifié pour l’Amérique. Mais, face à la pandémie, les Etats-Unis dirigés par Donald Trump semblent avoir tourné le dos aux seniors en minimisant pendant des mois les ravages provoqués par le coronavirus chez les personnes âgées. Selon les chiffres communiqués en juillet par le Gouvernement Trump, les Américains de plus de 65 ans représentent près de 80 % des victimes du Covid-19.

Ce lourd tribut payé par la génération silecieuse a été placé au cœur de la campagne présidentielle américaine par Joe Biden. Le candidat démocrate à la Maison- Blanche, lui-même âgé de 77 ans, est confiné depuis des mois dans sa maison de l’Etat du Delaware. Dans l’un des spots publicitaires de sa campagne diffusés en juillet, une jeune femme raconte l’histoire de sa grand-mère décédée du Covid-19 à l’âge de 90 ans, le 29 avril 2020. « J’ai l’impression que nos seniors n’ont pas été une priorité pour l’administration [Trump] et qu’ils ne comptent pas, affirme la jeune femme. J’ai l’impression que ma grand-mère ne comptait pas. »

Le choix de Joe Biden de centrer son message de campagne sur les ravages causés par la pandémie chez les personnes âgées, n’est donc pas anodin. Selon le Bureau américain du recensement, les Etats-Unis comptent 54 millions de citoyens âgés de 65 ans et plus sur une population de 328 millions d’Américains. La proportion de seniors est en hausse de 34 % depuis 2010. Et 25 millions de personnes âgées vivent dans la précarité.

Des avis tranchés

Dans ce contexte difficile pour les personnes âgées, générations est parti à la rencontre de six Américaines et Américains pour aborder leurs préoccupations et leurs espoirs à l’approche du scrutin du 3 novembre. Ces six personnes sont à l’image de New York, la région dans laquelle elles vivent. Elles sont d’origine, de couleur de peau, d’orientation sexuelle et d’horizons sociaux-économiques différents.

Plusieurs de nos interlocuteurs et interlocutrices ont continué leur activité professionnelle après 65 ans, comme 20 % des seniors américains. Certains ont consacré leur vie au combat pour les droits des Noirs et des minorités, une question au cœur de la présidentielle de cette année. Certains sont issus de l’immigration que Donald Trump fait tout pour restreindre. Certains ont marqué l’Histoire de l’Amérique, pendant que d’autres se sont démenés pour écrire leur propre histoire dans un pays dans lequel les opportunités sont souvent indissociables des difficultés. Mais tous ont un avis tranché sur le scrutin du 3 novembre, une élection considérée comme l’une des plus importantes de l’histoire américaine contemporaine.

 

Portraits

Elizabeth Holtzman, 79 ans Avocate en activité, célibataire, pas d’enfants ni de petits-enfants, Brooklyn, New York

 

 

Bob Gore, 73 ans - Entrepreneur et photographe, divorcé, trois enfants, un petit-fils, Brooklyn, New York

 

 

Inca Mohamed, 66 ans - Médiatrice, mariée, sans enfants, Brooklyn, New York

 

 

Bonita Knierim, 66 ans - Ancienne employée, mariée, trois enfants, pas de petits-enfants, Wayne, New Jersey

 

 

Zolio Guillen, 64 ans - Technicien en optométrie, marié, six enfants, treize petits-enfants, une arrière petite-fille, Paterson, New Jersey

 

 

Ina Breite, 81 ans - Enseignante à la retraite, veuve, deux enfants, pas de petits-enfants, Wayne, New Jersey

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter