Votations américaines : « Je ne reçois que le quart de mes allocations chômage »

Images ©Axel Dupeux

Zolio Guillen, 64 ans - Technicien en optométrie, marié, six enfants, treize petits-enfants, une arrière petite-fille, Paterson, New Jersey

Le 3 novembre, les Américains éliront leur prochain président sur fond de pandémie qui a fait des ravages chez les seniors aux Etats-Unis. Le démocrate Joe Biden, 77 ans, défie le président sortant Donald Trump, 74 ans. A cette occasion, générations est parti à la rencontre de person-nes âgées qui joueront un rôle clé le 3 novembre. Découvrez notre dossier spécial.

Zolio Guillen insiste pour mettre sa cravate sur la photo. A l’extérieur du sous-sol étouffant dans le New Jersey où il vit avec son épouse paralysée par une série d’attaques cérébrales, le mois de juillet impose sa chaleur brutale et son humidité. Mais peu importe. L’homme à la barbe poivre et sel fournie veut montrer à ses petits-enfants qu’il a de l’allure.

Contrairement à de nombreux immigrés qui ne communiquent que dans leur langue maternelle, le sexagénaire d’origine dominicaine insiste aussi pour parler en anglais, malgré un fort accent hispanique. L’homme est fier de son intégration aux Etats-Unis et de la vie qu’il y a bâtie depuis son immigration avec sa mère à l’âge de 16 ans.

Fils d’un général de l’armée dominicaine, Zolio rêvait de suivre la voie militaire tracée par son père : « Au lieu de cela, ma mère s’est mis dans la tête que je devais venir étudier ici », glisse-t-il dans le jardin de la modeste maison qu’il partage avec une autre famille. Zolio rêvait ensuite de devenir chirurgien. Mais les circonstances de la vie en ont décidé autrement. Il a eu des enfants à Paterson, une ville pauvre de la banlieue de New York. Il est devenu technicien en optométrie et a oublié ses rêves de médecine : « Ce n’est pas glamour, mais c’est un moyen de gagner sa vie. »

 

A lire aussi : Votations américaines : Ils ont fait l’Amérique

 

Une vie dure

L’homme a embrassé un pays qui ne lui a pas fait de cadeaux. Un de ses beaux-fils a été happé par les rues violentes de Paterson. L’une de ses petites-filles a été tuée par une balle perdue, alors qu’elle rentrait chez elle un soir d’été de 2014. Sa femme est paralysée. Et la pandémie lui a volé son emploi en mars, en forçant le centre commercial dans lequel il travaillait à fermer.

A 64 ans, le fils du général vit avec 200 dollars par semaine. Le menu quotidien est simple et inclut très souvent des plats à base de riz, à défaut de pouvoir s’offrir régulièrement des fruits et des légumes.

 

« je ne reçois que le quart des allocations de chômage que je devrais toucher, glisse-t-il.
J’essaie d’appeler l’administration, mais je tombe toujours sur un répondeur. »

 

Parallèlement, Zolio cherche un nouvel emploi chez un opticien et a récemment eu un entretien d’embauche. « Ils ont promis qu’ils m’appelleraient. J’attends. »

 

 

Dans l’Amérique de la survie dans laquelle vit le sexagénaire, difficile de suivre une campagne présidentielle qui semble se dérouler bien loin de Paterson. « J’espère que le président qui sera élu gouvernera le pays en pensant à tout le monde, pas seulement aux Blancs, glisse Zolio Guillen. Quarante millions de personnes ont perdu leur emploi à cause de la pandémie et peu d’entre elles ont pu retrouver un travail. Nous avons besoin d’une économie qui marche pour tous. »

 

Zolio Guillen ne peut pas imaginer un avenir sans travailler. En attendant de retrouver un emploi, il réapprend à sa femme à parler et à retrouver une partie de sa mobilité. Mais il rêve surtout de pouvoir lui offrir des séances de psychothérapie qui ne sont pas couvertes par l’assurance invalidité de son épouse : « Je veux qu’elle puisse enfin faire des progrès. »

 

Propos receuillis et textes de Jean-Cosme Delaloye

Photos d'Axel Dupeux, New York

 

 

Découvrir tous les portraits de notre dossier spécial sur les seniors qui ont fait l'Amérique

Elizabeth Holtzman, 79 ans Avocate en activité, célibataire, pas d’enfants ni de petits-enfants, Brooklyn, New York

 

 

Bob Gore, 73 ans - Entrepreneur et photographe, divorcé, trois enfants, un petit-fils, Brooklyn, New York

 

 

Inca Mohamed, 66 ans - Médiatrice, mariée, sans enfants, Brooklyn, New York

 

 

Bonita Knierim, 66 ans - Ancienne employée, mariée, trois enfants, pas de petits-enfants, Wayne, New Jersey

 

 

Ina Breite, 81 ans - Enseignante à la retraite, veuve, deux enfants, pas de petits-enfants, Wayne, New Jersey

 

0 Commentaire

Pour commenter