Votations américaines : « Donald Trump a été ignorant et n’a surtout pas voulu gouverner »

Images ©Axel Dupeux

Elizabeth Holtzman, 79 ans Avocate en activité, célibataire, pas d’enfants ni de petits-enfants, Brooklyn, New York

 

Le 3 novembre, les Américains éliront leur prochain président sur fond de pandémie qui a fait des ravages chez les seniors aux Etats-Unis. Le démocrate Joe Biden, 77 ans, défie le président sortant Donald Trump, 74 ans. A cette occasion, générations est parti à la rencontre de person-nes âgées qui joueront un rôle clé le 3 novembre. Découvrez notre dossier spécial.

Un visage masqué apparaît dans l’entrebâillement de la porte. En ce bouillant matin de juillet à New York, Elizabeth Holtzman, une femme qui fut, en 1972, la plus jeune élue au Congrès à l’âge de 31 ans, vit retranchée face à l’impitoyable coronavirus. « Je n’ai pas peur pour moi, car j’ai les moyens et la possibilité de rester confinée, contrairement à de nombreuses personnes de mon âge, explique-t-elle. C’est terrible, car la pandémie a mis en lumière les inégalités criantes au sein de la société américaine. »

La pandémie n’a guère freiné cette avocate de 78 ans qui continue d’exercer au sein d’une prestigieuse firme new-yorkaise et vit dans l’un des quartiers les plus courus de New York. Elizabeth Holtzman fait partie des près de 9 % d’Américains de plus 75 ans qui poursuivent leur activité professionnelle, selon le Bureau américain des statistiques.

 

 

Travailler est non seulement « un choix » qu’elle revendique. C’est aussi une manière de poursuivre les combats qu’elle amenés au cours de sa carrière. A l’époque où elle était au Congrès, l’ancienne représentante démocrate avait notamment fait voter une loi assurant des subventions alimentaires pour les personnes âgées et indigentes.

Pour Elizabeth Holtzman, la présidence de Donald Trump est d’ailleurs l’histoire d’un sentiment d’abandon exacerbé par la pandémie.

 

« Le président considère que la vie humaine n’a pas de valeur, dit-elle en s’animant.
Il a déclaré la guerre aux personnes âgées, aux minorités et à l’opposition démocrate. »

 

Et l’avocate d’ajouter en faisant référence aux plus 150 000 Américains tués par la pandémie : « La plupart de ces décès auraient pu être évités, mais Donald Trump a été ignorant et n’a surtout pas voulu gouverner. »

 

A lire aussi : Votations américaines : Ils ont fait l’Amérique

 

Un monde d’hommes

Les espoirs d’Elizabeth Holtzman, pour la présidentielle du 3 novembre, dépassent sa situation personnelle. Avec sa retraite parlementaire et son emploi, l’ancienne élue a un accès privilégié à la santé, priorité numéro un des seniors aux Etats-Unis.
Les attentes de l’avocate sont intimement liées à son combat pour se faire une place dans un monde d’hommes. A l’époque de son élection en 1972, il n’y avait que 16 femmes parmi les 435 députés de la Chambre des représentants. Comme elle le décrit dans son livre intitulé Qui a dit que ce serait simple ?, l’ancienne parlementaire a dû se battre pour faire tomber les barrières. Elle a joué un rôle clé dans la démission du président Richard Nixon, en 1974, et a orchestré la chasse aux anciens nazis réfugiés aux Etats-Unis. Elle considère que son engagement « pour faire des Etats-Unis un pays atteignant ses idéaux », n’est pas terminé : « Je n’aurais jamais imaginé que Hillary Clinton soit encore victime de discrimination lors de la présidentielle de 2016. »

Elizabeth Holtzman continue de rêver d’une société plus juste et libérée du racisme. « Même à mon âge, j’ai toujours l’impression que rien n’est impossible dans ce pays, conclut-elle. Le 3 novembre, il faut que nous puissions retrouver notre sensation de pouvoir nous accomplir pleinement. »

 

Propos receuillis et textes de Jean-Cosme Delaloye

Photos d'Axel Dupeux, New York

 

 

 

Découvrir tous les portraits de notre dossier spécial sur les seniors qui ont fait l'Amérique

 

Bob Gore, 73 ans - Entrepreneur et photographe, divorcé, trois enfants, un petit-fils, Brooklyn, New York

 

Inca Mohamed, 66 ans - Médiatrice, mariée, sans enfants, Brooklyn, New York

 

 

Bonita Knierim, 66 ans - Ancienne employée, mariée, trois enfants, pas de petits-enfants, Wayne, New Jersey

 

 

Zolio Guillen, 64 ans - Technicien en optométrie, marié, six enfants, treize petits-enfants, une arrière petite-fille, Paterson, New Jersey

 

 

Ina Breite, 81 ans - Enseignante à la retraite, veuve, deux enfants, pas de petits-enfants, Wayne, New Jersey

 

 

0 Commentaire

Pour commenter