On ne naît pas homme, on le devient !

On ne naît pas homme, on le devient !

Photos @Olivier Christinat

Naître du genre masculin prédispose — aussi — à des choix de vie et de comportements. A une époque de remise en question de la domination de l’homme « boomer », réflexions sur la masculinité et confidences de trois Romands, Laurent, Pascal et Maurice. 

Ils ont connu des jours plus flamboyants, les hommes ! L’époque où personne ne contestait le fait que le masculin l’emporte sur le féminin dans la grammaire française comme dans l’organisation de la société occidentale (n’était-ce pas dans la nature des choses ?). Où nulle écrivaine n’aurait eu envie d’écrire un essai au titre misandre, Moi, les hommes, je les déteste et remporté un succès de librairie. Où leur présence dans l’espace public, notamment dans les marches féministes, comme il y en aura le 8 mars prochain à l’occasion de la Journée internationale des femmes, n’était pas vécue comme une tentative de récupération et de domination.

Edition abonnés

Edition abonnés

L'accès à la totalité de l'article est protégé.

Déjà abonné?

Gérez votre abonnement

Devenez abonné pour accéder à cet article

  • 30% de reduction en vous abonnant en ligne
  • des tarifs préférentiels dans la boutique et voyages
  • des centaines de billets offerts chaque mois

Abonnez-vous