En vingt ans, Wikipédia s’est imposé dans nos vies

©Illustratation de Jasmina El Bouamraoui and Karabo Poppy Moletsane - Wikimedia Foundation

Avec ses 56 millions d’articles en 300 langues, dont 2,3 millions en français, Wikipédia, la plus grande encyclopédie du monde, a pris la place qu’occupèrent l’Encyclopædia Universalis ou le Quid des familles. Il a 20 ans aujourd'hui.

Après Google, Wikipédia est aujourd’hui le site web le plus consulté en Suisse. Vingt ans après sa création, l’encylopédie libre est tellement entrée dans nos mœurs que c’est comme si elle avait toujours existé. Il faut faire un petit effort de mémoire pour se souvenir du temps où l’on allait chercher la démographie de la Pologne (38 282 325 habitants) dans le dico, la hauteur de la pyramide de Khéops (139 mètres), dans le Quid, ou la date de la fondation de l’ordre des Chevaliers teutoniques (1190) dans l’un des dix volumes de l’encyclopédie alourdissant l’étagère du salon.  

Aujourd’hui, le septième site le plus visité sur toute la planète est un véritable outil pour les internautes du monde entier. Quel chemin parcouru depuis le 15 janvier 2001, date du lancement d’une étrange plateforme en ligne qui s’apparente alors à une forme d’utopie née aux Etats-Unis dans les cerveaux de l’homme d’affaires Jimmy Wales et d’un jeune diplômé en philosophie, Larry Sanger : une encyclopédie en ligne, accessible gratuitement et écrite par des bénévoles.

 

Quelques ricanements et ajustements plus tard, le succès de Wikipédia est manifeste. Il tient dans son concept à nul autre pareil. Véritable usine à collecter de l’information déjà publiée et validée ailleurs, Wikipédia, grâce à ses contributrices et contributeurs, effectue un travail phénoménal de tri et de compilation. Avec seulement quelques millions d’euros de budget, bien loin des dizaines de milliards de Facebook, la plateforme réussit l’exploit de réunir, chaque mois, plus de 30 millions de visiteurs uniques. Sur Wikipédia, tout le monde peut modifier un article gratuitement et sans pub. A noter que les financements de Wikipédia proviennent uniquement de dons, privés ou publics.   

 

A lire aussiCréer sa page Wikipédia en quatre étapes

 

Fiabilité en question

Alors même que le site a réponse à bon nombre de questions que nous nous posons, son contenu suscite toujours des craintes sur l’indépendance des contributeurs et la fiabilité des informations. Ce modèle de contribution libre, qui a fait le succès de Wikipédia, n’a, en réalité, jamais cessé d’irriter certains universitaires et autres experts de tout poil, craignant parfois une forme de concurrence ou, soucieux par-dessus tout, de voir se répandre des informations erronées à large échelle. Wikipédia, jamais à court d’arguments, leur répond :

 

« Les modifications apportées aux articles font l’objet de plusieurs niveaux de surveillance a posteriori qui permettent de corriger les erreurs les plus évidentes. » 

 

Pour Martine Brunschwig-Graf, politicienne genevoise et présidente de la Commission fédérale contre le racisme — un avis parmi d’autres, mais éclairant —, Wikipédia a beaucoup progressé depuis ses débuts : « Son concept est intéressant, car il est basé sur le principe de la mise en réseau. La fiabilité de Wikipédia dépend de la qualité des articles rédigés et de l’honnêteté intellectuelle de leurs auteurs. C’est à l’utilisateur de diversifier ses sources, de toute façon. Dans le monde internet d’aujourd’hui, Wikipédia représente une porte d’entrée et certainement pas la seule source d’information à laquelle se référer. »

 

Un site teinté occidental

Gage essentiel de qualité, Wikipédia n’a de cesse d’essayer d’élargir son panel de contributeurs. Rémi Mathis, auteur du livre Wikipédia – Dans les coulisses de la plus grande encyclopédie du monde, démontre que la majorité des articles sont le fait d’hommes, diplômés, qui vivent en ville et en Occident. Soit dit en passant, le profil de Mathias, tel que trouvé sur sa page Wikipédia : « historien français, né en 1982, président de Wikimédia France de 2011 à 2014 et conservateur à la Bibliothèque nationale de France ». 

Pour Wikipédia, les années qui viennent devraient ainsi ouvrir le champ à davantage de femmes, de contributeurs de pays en développement, lesquelles et lesquels devraient s’intéresser à toutes ces zones laissées dans l’ombre par l’encyclopédie en ligne.

Objet vivant, mis à jour régulièrement, Wikipédia n’attend que votre contribution pour être encore meilleur.

 

Et vous, pourquoi allez-vous sur Wikipédia ?

 


« La consultation des sources est utile »

Martine Brunschwig-Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme

Elle suit les recommandations de Wikipédia pour ce qui est de la page qui la concerne : « Je ne l’ai pas créée, je ne la modifie pas, je ne la complète pas et je ne m’en occupe pas. Je ne la regarde d’ailleurs que très rarement. Je devrais plutôt dire « les », car ma page existe apparemment en plusieurs langues, avec des niveaux de qualité très divers pour ce qui est du contenu… » La politicienne genevoise, qui préside aujourd’hui la Commission fédérale contre le racisme, est une utilisatrice régulière de Wikipédia : « Les articles, lorsqu’ils sont de qualité, publient les sources des informations. Ces sources sont souvent utiles lorsque l’on s’intéresse à un sujet. Wikipédia n’est jamais la seule source d’information pour moi, bien au contraire. Cela m’ouvre toutefois la possibilité de trouver des sources plus directes, de vérifier les informations données, d’obtenir d’autres informations grâce aux sources mentionnées par Wikipédia. Mais c’est souvent une consultation que je fais au début d’une recherche sur un thème. »

 


« Je me renseigne sur l’âge de personnalités »

Henri Dès, chanteur, auteur-compositeur

La page Wikipédia qui lui est consacrée se fait « toute seule ». Henri Dès laisse faire, sachant qu’il ne s’y trouve pas d’erreur majeure. Bon, c’est vrai, reconnaît-il, les photos de lui qui y sont publiées « ne sont pas les meilleures ». Pas question d’intervenir, de toute façon, « ce n’est pas autorisé ». Cela dit, Henri Dès consulte Wikipédia fréquemment : « J’y vais pour savoir qui est la personne qui parle à la télé, si elle est encore vivante. » Le chanteur apprécie le côté basique des articles publiés sur Wikipédia : « Je fais des recherches sur l’âge des comédiens ou des acteurs, je me renseigne sur leur âge. » Les dernières actualités de Henri Dès ne figurent évidemment pas sur sa page Wikipédia, soit une comédie musicale, mettant en valeur tout son répertoire, avec un livret signé par Zep. Et une chanson engagée, « de combat » pour alerter sur le changement climatique. Plus d’infos en mai prochain.

 

 


« Utile pour une vérification rapide »

Daniel Rausis (en rouge sur la photo), humoriste, journaliste et écrivain

« Wikipédia ? C’est un petit outil indispensable quand je dois vérifier, en deux secondes, un truc. Par exemple, quand je suis à l’antenne et que j’aimerais connaître le nom de la mère de Mozart, c’est très utile et très maniable. En tant que producteur musical sur Espace 2, si je dois présenter un violoncelliste, par exemple, j’irai chercher les informations sur sa page à lui. » Mais attention, comme le précise l’humoriste, journaliste et écrivain, la prudence est de mise : « J’ai fait des études où l’on disait que ce n’est pas parce que c’est dans le dico que c’est vrai. C’est aussi valable pour Wikipédia. » Comme pour donner raison à Daniel Rausis, la page qui lui est consacrée s’est révélée contenir une info plus que douteuse le concernant. Une simple information, erronée, non sourcée, dans le registre de l’insulte, glissée à son insu et désormais corrigée. « Si vous ne m’aviez pas demandé ce que je pensais de la page qui me concerne, je ne l’aurais pas su. Je n’y vais jamais en temps ordinaire. » Dans le langage de Wikipédia, Daniel Rausis a été victime d’un « vandale ». Soit quelqu’un dont le comportement vise délibérément à porter atteinte à l’objectif encyclopédique du projet. Le vandalisme est interdit et peut conduire son auteur à un blocage en écriture temporaire ou indéfini.

 

 


« Ne pas se limiter à une seule source »

Isabelle Chassot, directrice de l’Office fédéral de la culture

« La page Wikpédia me concernant a été créée lorsque j’occupais des fonctions politiques. Dès lors, elle reflète plus cette période de ma carrière. Elle mentionne sa source et je ne l’alimente pas moi-même, deux éléments indispensables à mon sens. » Isabelle Chassot est une utilisatrice de la plateforme quand elle cherche des informations sur un thème qui ne lui est pas familier: « Wikipédia constitue un point de départ, jamais un point d’arrivée. J’y trouve des renseignements souvent utiles, mais cela ne constitue pas ma seule source d’information sur un sujet. Je complète avec d’autres, que je croise entre elles. » Sur le fond, la directrice de l’Office fédéral de la culture estime que le principe de site internet collaboratif est extrêmement intéressant : « Wikipédia est devenu une référence sérieuse dans un monde envahi par la désinformation et les fake news. Je reste cependant convaincue de l’importance de ne pas se limiter à une seule source pour se renseigner sur un sujet si l’on veut se faire une opinion différenciée et complète. »

 

 

 

Nicolas Verdan

 

0 Commentaire

Pour commenter