Eaux et montagnes : la Suisse d’il y a 50 ans

©Istock

Il y a cinquante ans et plus, la Suisse misait sur un tourisme alpestre et lacustre. Avec un accent porté sur la douceur de vivre et une forme de confort moderne dans la découverte. Au contraire de la période hivernale, le sport est quasi absent sur l’iconographie de ces affiches issues de la collection du eMuseum, la plus grande base de données suisse en ligne pour le design et l’art.

 

Le Léman

 

Inimaginable de nos jours, une vision d’artiste pour attirer les gens sur les bords du Léman avec un flamboyant vignoble de Lavaux, signé par le peintre Jean Lecoultre (1930). Cette commande illustre la ligne du Simplon et le paysage traversé plutôt que le moyen de transport.

 

 

Crans sur Sierre

A Crans-sur-Sierre, ici en 1960, le luxe s’invite sur les grands pâturages où l’on joue au golf depuis le tout début du siècle passé avec les premiers trous en 1906, à proximité du Palace.

 

 

Brunnen

En 1969, la mode psychédélique a gravement contamniné la promotion touristique suisse.

 

Zermatt

 

Zermatt ou la Suisse touristique par excellence, hiver comme été. Le Cervin, version 1960, avec ses petites granges en vieux bois de mélèze.

 

Beatenberg Niederhorn

Sur l’Alpe en tenue d’été chic et costume. En 1960, le télésiège met la montagne à proximité de la ville. On note le mobilier d’extérieur en métal de fabrication suisse.

 

 

Lugano, Tessin

Durant les années soixante, le Tessin (ici Lugano, en 1964) attire toujours plus de vacanciers suisses qui se paient une tranche d’Italie sans franchir la frontière. Le fameux Campo Felice, ouvert en 1955, est l’un des premiers campings géants de Suisse. La région du lac Majeur répond au besoin de Sud d’une population toujours plus tournée vers les loisirs.

 

 

La ligne du Gothard

 

Le train, tout à la fois un moyen de transport et une attraction en soi. La ligne du Gothard (1962), une carte postale de savoir-faire helvétique.

 

 

 

Films

A Flims, en 1967, une certaine idée du farniente qui se rapproche des vacances estivales de nos jours.

 

A lire aussi : Vacances : le « besoin de Suisse » ne date pas de hier !

 

 

0 Commentaire

Pour commenter