Une belle crapule à Pompéi

©istock

Roman. Dans son dernier livre, Michel Blondonnet conte la vie d’un richissime habitant de la célèbre cité ensevelie par les cendres du Vésuve. Passionnant et cynique à souhait.

Tout le monde connaît évidemment la fin tragique de la cité de Pompéi, enterrée sous les cendres du Vésuve quelques décennies avant J.-C. Une tragédie qui a inspiré de nombreux romanciers dont Michel Blondonnet. Mais dans l’ouvrage encore tout chaud de ce dernier, même si le volcan est bien présent, il ne tient pour une fois pas la vedette. L’auteur nous conte avec fougue la vie des habitants de cette cité florissante de Campanie et, surtout le destin tragique, de Numérius. Une belle crapule soit-dit en passant qui n’hésite pas à supprimer ceux qui se dressent sur son chemin. Pourtant, ce Romain est né riche et va le devenir toujours plus en épousant une belle Gauloise. Ami de Pline et de Sénèque, il va pourtant tomber éperdument amoureux d’une autre, une jeune esclave parthe. Tout semble lui réussir, mais il le payera au prix fort.

Du sexe, des trahisons, des morts et une intrigue qui tient bien la route: on suit avec passion l’itinéraire de ce notable plutôt méprisable. D’accord, les mœurs de l’époque étaient différentes, mais… Cela dit, Les amants de Pompéi est aussi un formidable voyage dans la Rome antique, sa gastronomie, son commerce et son art de vivre. Une double lecture donc qu’on ne peut que conseiller, même aux Gaulois et aux Helvètes.

J.-M.R.

Les amants de Pompéi, Editions Albin Michel.   

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter