Soins aux personnes âgées: des économies sont possibles

photo: © Shutterstock/Toa55

Le groupe de réflexion Avenir Suisse vient de publier un rapport sur le système de soins aux personnes âgées. Une économie de 1,9 milliard de francs par année pourrait être réalisée.

Le groupe de réflexion Avenir Suisse a passé au peigne fin le système de soins aux personnes âgées. L’organisation, les coûts, le financement: canton par canton, tout a été analysé.

 

D’après son rapport, des «nouvelles mesures», basées sur une vue d’ensemble des cantons et des prestations, permettraient une économie de 1,9 milliard de francs par année.

Revoir les besoins réels

Selon les cantons, il existe de grandes différences dans l’organisation des soins. Les cantons romands comptent notamment moins de lits en EMS par personnes de 80 ans et plus; en revanche, plus de personnel dans les services de soins et d’aide à domicile (SASD) que la moyenne.

 

Cela ne signifie par pour autant qu’une augmentation de personnel dans les soins à domicile ne mènerait pas forcément à une réduction du nombre de lits en EMS. Le développement unilatéral de l’un ou l’autre des prestataires serait même contreproductif.

 

Selon les cas, les personnes nécessitant plus de 60 minutes de soins par jour pourraient être prises en charge à moindre coût dans un EMS qu’à domicile. A l’inverse, une prise en charge à domicile ou dans une structure de jour pourrait être s’avérer plus pertinente pour les patients en EMS qui nécessitent moins de 60 minutes de soins par jour, voire d’aucun soin. C’est-à-dire environ 30% des patients d’EMS.

Mieux informer sur l’offre de soins

Des informations de meilleure qualité sur les différentes offres de soins – combinées à un développement de l’offre ambulatoire – contribueraient à soigner les personnes nécessitant peu de soins à domicile, dans des logements protégés ou des structures d’accueil de jour, et les cas plus lourds dans des EMS. Il faut ainsi une stratégie «ambulatoire et stationnaire» à la place de «préférable au stationnaire».

Des divergences de coûts extrêmes

En analysant les différences de coûts à travers les cantons, Avenir Suisse démontre aussi qu’une économie de 1,9 milliard de francs par an pourrait être réalisée si, dans tous les cantons, les structures de soins aux personnes étaient aussi efficaces que la moyenne suisse.

 

Cette efficacité passerait par une meilleure maîtrise des coûts du personnel et par une plus grande flexibilité dans la recherche de personnel, avec moins de prescriptions liées au niveau de formation.

 

Dans son analyse inter-cantonale, le groupe de réflexion relève aussi des différences flagrantes dans les coûts de matériel. Alors qu’ils se montent à 25 000 francs annuels par lit en moyenne suisse, c’est à Bâle-Ville qu’ils sont les plus élevés avec 33 000 francs et dans le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures les plus bas avec 11 000 francs.

 

Dans son rapport, Avenir Suisse recommande également des nouvelles règles de financement, plus flexibles et transparents, ainsi que la création d‘un capital-soins obligatoire et individuel.

 

Un tel système inciterait à ménager les ressources et permettrait un financement équitable des soins aux personnes âgées entre les générations.

B.S.

Source: communiqué de presse

Pour plus d'informations:

 

 

0 Commentaire

Pour commenter