Seniors LGBT: le poids des discriminations sur le vieillissement

©DR

L’association genevoise 360 vient de publier un guide destiné aux professionnels du grand âge pour les aider à mieux connaître les personnes âgées LGBT.

Un guide sur les seniors LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres) pour mieux s’occuper d’eux ? Mais en quoi l’orientation sexuelle et/ou l’identité de genre influencent-elles l’avancée en âge ? Les seniors LGBT, comme les autres, n’ont-ils pas à faire face au même défi, capital, qui est de préserver leur autonomie le plus longtemps possible en veillant sur leur santé et leur vie sociale ? Si, bien-sûr. Plusieurs recherches scientifiques ont montré cependant que les personnes âgées appartenant à une minorité sexuelle ou de genre sont globalement en moins bonne santé que les non LGBT. Les préjugés et les discriminations, dont elles ont fait — et font parfois encore — l’objet ont représenté des sources de stress qui, avec les années, ont eu un impact négatif sur leur santé. Pour rappel, jusqu’en 2007, les couples homosexuels n’étaient pas reconnus juridiquement en Suisse. Ainsi, par exemple, en cas de décès d’un des partenaires, le survivant ne pouvait pas toucher de rente AVS de survivant. Or, une personne qui avait 65 ans en 2007 a aujourd’hui 80 ans. 

Pour que la singularité des parcours de vie des personnes LGBT soit davantage prise en compte par les professionnels du grand âge, l’association genevoise 360 a publié un guide de réflexion et d’action bien utile. Car, dans les EMS aussi, l’invisibilité reste souvent de mise pour les personnes LGBT. De peur d’être rejetées par le personnel, elles cachent leur personnalité. Il était temps de dire non à « l’intranquillité » jusqu’au bout de la vie.

VC 

Le guide peut être téléchargé gratuitement sur le site web de l'Association 360

 

0 Commentaire

Pour commenter