Rachid Taha, le rockeur aux saveurs orientales est décédé

© L'internaute

Personnalité lumineuse et charismatique, Rachid Taha, symbole du métissage musical et culturel, est décédé d’une crise cardiaque à l’âge de 59 ans. Hommage.

Rachid Taha est né en 1958, en Algérie près d’Oran. 10 ans plus tard, il émigre en France avec sa famille. Après des études en comptabilité et quelques petits boulots, il formera en 81 avec quatres autres musiciens le groupe Carte de Séjour. Groupe prônant l'intégration et la tolérance envers les immigrés. Devenus des personnalités de la scène rock des années 80, Rachid Taha et son groupe n’hésiteront pas à reprendre à leur sauce la fameuse chanson Douce France de Charles Trenet en y ajoutant quelques saveurs orientales. Elle deviendra alors l’hymne d’une jeunesse française métissée et tolérante.

 

Douce France (1987)

Ils pousseront même le vice jusqu’à distribuer ce single aux députés de l’Assemblée nationale pour lutter contre les lois Pasqua visant à réglementer l’immigration. Cette chanson fut aussi celle des meetings de la campagne présidentielle de François Mitterrand en 1988. Dès 1989, Rachid Taha évoluera seul. Il restera fidèle à ses premières amours que sont le punk et le rock tout en y ajoutant comme toujours, une subtile dose de musique orientale comme avec sa reprise de Rock the Casbah, de Clash.

 

Rock el Casbah 

© rachidtahaofficial
 

En 1997, l’artiste sort un tube transgénérationnel, Ya Rayeh, devenu l’hymne des immigrés algériens. 18 ans plus tard, en 2016, il recevra une Victoire de la musique pour l’ensemble de sa carrière, avant de créer le projet CousCous Clan avec Rodolphe Burger. Rachid Taha toujours très proche des mouvements antiracistes était en plein travail sur un nouvel album dont le premier titre devait s’intituler Je suis africain.

 

Ya Rayeh

© 99llmm

 

K.L.


A lire aussi 

Sting n'a jamais fini de rester jeune

 

0 Commentaire

Pour commenter