OPERATION PORTE PLUME, «Tu le sais comme moi, l’amour n’a pas de frontières »

©DR


L'opération spéciale Porte Plume est lancée. Pour rester solidaire et unis, générations vous invite à écrire à vos enfants, petits-enfants et à vos proches. Vos lettres seront publiées sur notre site et dans le magazine en signe de soutien et de solidarité, dans cette période particulière de pandémie. Merci à tous ceux et toutes celles qui nous écrivent!


 

 Chamblon le 4.4.2020

Ma douce et chère maman,

 

J’espère que tu vas bien et que de ton home aux mille étoiles, tu suis avec attention et bienveillance nos pérégrinations frénético-pathétiques. Aujourd’hui, où par sécurité les êtres humains se doivent d’être à distance les uns des autres, je suis plus près de toi que jamais. Tu le sais comme moi, l’amour n’a pas de frontières, il transcende tout, même la matière. La présence de ceux qu’on aime n’est pas que physique, tant de vivants sont absents aux autres et à eux-mêmes.

Avec Claude, nous vivons au ralenti mais cela ne nous affecte pas trop car nous savons nous occuper et apprécions une certaine solitude. Mais nos enfants et nos petites-filles nous manquent, même si nous nous téléphonons souvent et organisons régulièrement des rencontres vidéo par WhatsApp.

Je mesure en ces moments difficiles, la chance d’être deux et de s’aimer. Et à cette heure où le mot d’ordre est l’éloignement, de pouvoir se le manifester avec des gestes de tendresse, si précieux quand l’autre est désormais perçu comme une menace de contamination potentielle.

En ces temps troublés où le coronavirus paralyse le monde, isole les gens et sépare les parents de leurs enfants adultes et de leurs petits-enfants, tu me manques terriblement, maman, et c’est avec le cœur et l’esprit que je t’écris cette lettre que seul le facteur Amour est à même de distribuer.

Tu me manques, et même après des années, je garde le réflexe de me tourner vers toi quand je suis inquiète et que j’ai besoin de réconfort. Toi qui as connu la guerre et surmonté tant d’épreuves ; toi qui étais si forte et courageuse, qui as élevé dix enfants et nous a donné tant d’amour. Tu restes mon modèle de courage et de persévérance, maman. Je ne t’oublie pas. Tu es toujours là, avec moi, douce et souriante dans ton cadre sur mon bureau. Car j’en suis convaincue, si penser à toi te ramène à moi, alors il existe, au-delà de la raison, un langage indicible qui nous relie encore, un translangage qui nous console de la mort et nous relie à cette espérance que seul l’Amour est éternel.

C’est pourquoi je garde confiance en la vie, en l’amour, en la capacité humaine de faire front et de faire émerger un monde meilleur de cette épreuve planétaire.

Je t’aime maman et de ton home serti au cœur des étoiles, je sais que tu veilles sur moi, sur la famille, sur le monde…

 

Cathy, ta fille qui ne t’oublie pas…

 

COMMENT NOUS ÉCRIRE? 

  • Par écrit, à: Magazine générations, rue des Fontailles 16, 1007 Lausanne
  • En mail: contact@generations-plus.ch (objet: ma lettre)

 

 

0 Commentaire

Pour commenter