Lucky Luke dans de sales draps

©DR

Le fameux cow-boy solitaire est de retour dans un album réussi où il va devoir combattre bien pire que les Dalton ou les Indiens: l’ignorance. Départ pour La Louisiane et ses champs de coton.

Après avoir promené habilement l’homme qui tire plus vite que son ombre à Paris, les auteurs de cette nouvelle aventure se sont armés de courage pour l’envoyer dans l’enfer américain, entendez par là la Louisiane juste après la guerre de Sécession. Le racisme et le Ku-Kux-Klan restent malgré tout les maîtres du pays et traitent leurs anciens esclaves comme avant. C’est dans cette galère que Lucky Luke, personnage créé il y 74 ans, débarque après avoir hérité d’une plantation. Il va faire connaissance avec la bêtise la plus crasse, celle des ses voisins propriétaires odieux et vaniteux. 

Le propos est donc sérieux, mais le message passe d’autant mieux que Jul et Achdé, pour leur troisième album, n’ont pas oublié l’ingrédient qui rehausse tous les plats, même cajuns: une bonne dose d’humour – oui, les Dalton sont là et Averell est toujours aussi stupide. Quelques jolis clins d’œil également avec des apparitions comme les petits Tom Sawyer et Barack Obama, sans oublier Oprah Winfrey, reine des médias américains. Mention spéciale enfin pour la guest star de l’album, Bass Reeves, un authentique personnage historique, à savoir le premier homme de couleur nommé shérif adjoint à l’ouest du Mississipi et un sacré tireur. L’occasion de rappeler qu’un quart des fameux cow-boys étaient des Noirs, un fait qui a été sérieusement gommé des livres d’histoire.

J.-M.R. 

Un cow-boy dans le coton, Editions Luck comics  

 

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter