Feuilleton, nos séries chéries : Dallas

Aujourd’hui, on ne parle que d’elles entre amis… des Games of Thrones, de La casa de papel, de The Walking Dead et de tant d’autres. Elles sont les vedettes du petit écran et attirent même les cinéphiles. Pourtant, le phénomène n’est pas nouveau. Dès les années 1960, les feuilletons ont passionné les téléspectateurs. Souvenez-vous !

Le croyez-vous ? Dallas était la série préférée du président François Mitterand. Aussi inconcevable que cela puisse paraître, le socialiste était en effet accro à cette série sur des milliardaires texans. Et quels milliardaires ! Un affreux, une alcoolo finie, un « gentil gentil » comme on dit chez nous et sa femme déchirée entre sa nouvelle et son ancienne famille. Bref, entre ce salaud de JR, Sue Ellen, Bobby et Pamela, on ne s’embêtait jamais. La preuve, la vie bien triste de la famille Ewing a duré 14 saisons, à partir de 1978 aux Etats-Unis et 1981 chez nous.

 

Au chapitre rigolo, Bobby est mort durant la saison 8, écrasé par une voiture. L’acteur Patrick Duffy souhaitait en effet quitter la série. Mais, sous la pression des fans, la production l’a fait revenir en tentant de faire croire que le décès du personnage n’avait, en fait, été qu’un rêve de Pamela. Quelques saisons plus tard, c’est la même Pamela qui disparaît après un autre accident. Un producteur averti en valant deux, les scénaristes ont toutefois imaginé qu’elle était défigurée et qu’elle était partie se soigner loin de sa famille. De sorte, s’il avait fallu la faire revenir elle aussi, il eût suffi d’une opération et le tour était joué !

 

A lire aussi : QUIZZ: Les répliques cultes  du cinema

 

Mais ne nous leurrons pas, la véritable star de Dallas, c’était bel et bien JR, interprété par Larry Hagman, décédé d’un cancer de la gorge en 2012, à l’âge de 81 ans. Il avait déjà subi une greffe de foie, en 1995. Il faut dire que le bonhomme (un vrai Texan) carburait au whisky comme un vrai pilier de saloon. Dans la vie, l’acteur était un gars sympa. Dans Dallas et son univers impitoyable, on adorait le détester.

 

J.-M-R

 

 

0 Commentaire

Pour commenter