Face-à-face entre deux monstres sacrés

Georges Clemenceau @DR

Un projet ambitieux que celui du Théâtre du Miroir qui évoque la relation entre Georges Clemenceau, figure historique de la Troisième république, et Claude Monet, le peintre impressionniste.

Il est des rencontres improbables comme celle de Georges Clemenceau (1841 – 1929), surnommé le Tigre (qui ne connaît pas ses fameuses brigades motorisées?) ­et de cet immense artiste, tête de file de l’impressionnisme, Claude Monet. Entre les deux hommes, une amitié sincère et indéfectible. On dit d’ailleurs que c’est le premier qui a finalement convaincu le deuxième de se faire opérer de la cataracte qui rendait le peintre aveugle. 

Le Théâtre du Miroir, avec pour auteur Philippe Madral, met en scène un moment clé entre les deux hommes. On retrouvera aussi sur scène deux femmes, Marguerite, éditrice et amante de Clemenceau (interprétée par Maria Mettral) alors qu’elle était sa cadette de plus de trente ans, et Clotilde, sa cuisinière. De quoi mettre encore un peu plus de piment dans la relation entre deux vieux hommes au fort caractère.

Réd.

La colère du Tigre, 29 avril 1, 6, 7 et 8 mai, au Théâtre du Château, à Avenches; 

les 13, 14 et 15 mai à Villeneuve, Théâtre de l’Odéon ; le 20 mai à Prilly, Grande Salle. 

 

 

  

 

0 Commentaire

Pour commenter